Prévention des TMS en entreprise : l’interview d’Olivier Girard

Olivier Girard est ingénieur mécanicien de formation (ENSAM), issu du cursus franco-allemand. C’est en Allemagne qu’il a découvert l’ergonomie, qui l’a rapidement passionnée. Un premier poste aux Pays-Bas, comme examinateur de brevets à l’Office Européen des Brevets, puis l’ergonomie, la santé au travail et la rééducation posturale ont rapidement fait partie de ses tâches annexes, jusqu’à ce qu’il opère un changement de carrière en passant par le Maroc et désormais la Suisse.

Aujourd’hui il gère les cabinets Train Your Posture (prévention des troubles musculosquelettiques auprès du grand public) et Erg’OH Conseil (cabinet de conseil en ergonomie à destination des entreprises). Il a gentiment accepté de répondre à nos questions. C’est parti !

Bonjour Olivier, qu’est-ce qui vous a amené à vous spécialiser dans les postures et l’ergonomie ?

Aux Pays-Bas, j’étais très souvent sollicité par des collègues ou par leurs thérapeutes pour des analyses de poste de travail. Là, je faisais face à deux difficultés :

  • d’une part, un manque de connaissances en matière de santé, qui m’empêchait d’adapter mon approche au diagnostic ;
  • d’autre part, lorsqu’il s’agit de travail informatique, la moitié du problème provient souvent du poste, et l’autre moitié (au moins !) de ce que l’on fait avec notre corps, y compris à la maison. C’est cela que j’appelle la posture : l’utilisation consciente et inconsciente, volontaire ou non, 24h/24, de nos muscles et articulations. C’est donc sur ce concept beaucoup plus large que ce que l’on entend habituellement par posture que je me suis penché dès 2005 avec un regard de mécanicien.

 

Troubles musculosquelettiques : quelle est l’ampleur du problème ?

Quelles sont les pathologies les plus communes que vous rencontrez chez vos clients ?

La plupart de mes clients souffrent de pathologies dorsales (lombaires, cervicales), et/ou de douleurs dans les épaules, descendant souvent dans les bras et les mains. Il s’agit donc de ce qu’on appelle des pathologies du membre supérieur.

Je soigne quelques clients pour des problèmes de genou suite à des accidents, mais cela reste marginal dans le cadre de ma pratique clinique.

Quelles sont les principales causes des maux de dos en entreprise ?

En ce qui concerne les maux de dos en entreprise, la question de la cause est une question complexe. Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont des troubles cumulatifs, c’est-à-dire dus à une combinaison de 4 facteurs présents en permanence et qui imposent une charge excessive sur les tissus.

Ces 4 facteurs sont : posture, activité, durée, stress, c’est-à-dire la combinaison, 24h par jour, 7j sur 7, de la naissance à la mort, de ce que vous faites, dans quelle posture, pendant combien de temps (ou à quelle fréquence) et dans quel état psychologique (pas seulement le stress « aigu », dans l’instant, mais également le stress existentiel, relié au sens que vous trouvez à votre vie et à votre travail).

Mais ces 4 facteurs eux-mêmes ne sont que la partie visible d’un plus grand iceberg, dont la partie immergée inclut par exemple : que savez-vous de votre corps, comment le maîtrisez-vous, quel est votre degré de conscience corporelle, quelle est votre capacité à accepter les signaux qu’il vous envoie, etc. ? Mon métier est donc de faire le tri parmi tout ça, et d’établir avec vous un plan d’action pour retrouver l’équilibre entre la charge sur les tissus et leur capacité.

Quelle est la part des absences dues aux TMS dans l’absentéisme ?

En Suisse, on estime que les TMS représentent 44% de l’absentéisme

En Suisse, on estime que les TMS représentent 44% de l’absentéisme. Tout porte à croire que, le tissu économique étant comparable en France, on y retrouve des chiffres similaires. Il s’agit certainement d’absentéisme de courte durée et d’absences perlées, car l’assurance invalidité (qui voit uniquement des cas d’absentéisme de longue durée) gère principalement des pathologies psychiques.

On estime à CHF 1’500 (env. 1 300€) par collaborateur et par an le coût direct des TMS

Pour les employeurs, c’est un point important : les assurances salaires (en Suisse au moins) interviennent souvent à partir du 30ème jour, les coûts de ces courtes absences sont donc pour la grosse partie portés par les employeurs. Un calcul rapide permet donc, en Suisse, d’estimer à CHF 1’500 par collaborateur et par an le coût direct des TMS : vous êtes une PME de 50 personnes, la facture est CHF 75’000 (65’000 €). Rappelons que les coûts indirects sont, à la louche, 4 fois plus élevés.

On entend depuis quelques années que « sitting is the new smoking », êtes-vous d’accord avec cette affirmation ? Rester assis tue, vraiment ?

Dans l’expression « sitting is the new smoking », il y a une comparaison que je trouve intéressante : c’est celle avec une habitude insidieuse, que rien ne presse vraiment de changer, mais qui a un impact sur la santé.

Les conséquences sur la santé de rester trop assis sont désormais bien établies, mais je ne sais pas s’il faut pousser la comparaison plus loin : d’une part, être assis est malgré tout plus naturel que fumer, et d’autre part je ne suis pas sûr que l’augmentation du risque soit comparable pour l’un et l’autre.

Enfin, il me semble que la perspective de maladies cardiovasculaires est trop lointaine pour créer un « réflexe santé », alors que les douleurs dorsales, hernies et autres me semblent être des menaces bien plus tangibles à court terme. En termes de prévention, je préfère donner des armes au public pour mieux se protéger que lui faire peur…

Remarquez-vous des efforts faits par les entreprises pour lutter contre le problème ? Et une prise de conscience des employés ?

En Suisse, les bases légales sont moins contraignantes qu’en France en matière de santé au travail. Nous avons donc mis plus de temps à prendre le problème des TMS à bras le corps, et de nombreuses PME ont toujours du mal à prioriser ça, faute de temps et de trésorerie.

Les grandes entreprises ou les petites branches locales des groupes internationaux qui souhaitent imposer des standards internationaux commencent à être relativement conscients, donc je ne manque pas de travail. Par contre, il faut continuer le travail de sensibilisation sur le terrain, car il y a encore beaucoup de prévention à mener.

En ce qui concerne les employés, je crois qu’ils sont conscients du problème mais qu’ils manquent de pistes pour le résoudre. Après chaque formation que je donne, j’ai le même feedback : « pourquoi personne ne nous a expliqué ça avant ? ». Il y a donc là aussi un travail important à mener sur le terrain, en travaillant avec des professionnels de la diffusion large (plateformes, apps, e-learning, etc.).

 

Quel rôle pour l’entreprise dans la prévention des T.M.S. ?

En quoi consistent vos formations gestes et postures en entreprise ?

On parle souvent de « formations gestes et postures », qui ont une connotation très professionnelle. Je me situe un peu en décalage par rapport à ça : je fais des formations à la prévention des TMS.

Cela peut paraître subtil, mais c’est important : mon discours ne se limite pas aux situations professionnelles, mais il cherche à couvrir l’ensemble des facteurs de risques (notamment biomécaniques) sous le contrôle des participants et amenant progressivement à des situations de TMS. En d’autres termes, je donne aux gens le mode d’emploi de leur corps, dont ils peuvent ensuite décliner l’utilisation certes au travail, mais aussi à la maison.

On commence donc par discuter des 3 grandes règles qui régissent le fonctionnement du corps, avant de parler des postures simples (assis, debout), puis des postures en mouvement, puis de la manutention, avant d’aller mettre ça en débat et en pratique sur le terrain, dans des situations reconstituées qui nous donnent l’occasion de faire une analyse ergonomique in situ, donc des recommandations à l’encadrement ensuite.

Un employé qui se tient mal sur son bureau : quelles conséquences pour l’entreprise ?

Les premières conséquences sont : fatigue plus importante, perte de productivité, et éventuellement des douleurs qui peuvent se transformer en absence.

Lorsqu’un collaborateur « se tient mal », les premières conséquences sont une fatigue plus importante, qui se traduit par une perte de productivité, et éventuellement par des douleurs qui peuvent se transformer en absence.

De façon moins connue souvent, la posture est aussi liée au langage non verbal : le message passe différemment selon la posture, notamment dans les situations complexes (parler en public, entretien difficile, etc.). Enfin, de plus en plus de chercheurs montrent que la posture a un impact psychologique direct : avachi, on a plus facilement des pensées sombres, on est moins créatif, certaines facultés de raisonnement sont plus lentes, on est moins entrepreneurial, etc.

Les conséquences pour l’entreprise sont réelles, mais difficilement mesurables car très diffuses. Mais typiquement, on peut imaginer qu’un commercial qui a un bon langage non verbal est plus convaincant, plus engageant, et vend donc mieux : cela participe au charisme.

Quels conseils apportez-vous aux entreprises ?

Tout employeur a intérêt à ce que ses employés soient en excellente forme physique et psychique

Lorsque je vais en entreprise, mon premier conseil est quasi philosophique : nombreux sont les dirigeants qui voient dans les problèmes de TMS (ou les problèmes psychiques, d’ailleurs) des variabilités individuelles très fortes, et qui ont donc tendance à penser que certains collaborateurs sont plus faibles que d’autres, et que c’est donc leur responsabilité d’y travailler.

J’essaie donc systématiquement d’apporter un changement de perspective : peu importe la responsabilité, il faut regarder qui a intérêt à quoi. En l’occurrence, tout employeur a intérêt à ce que ses employés soient en excellente forme physique et psychique, même si c’est parfois difficile à quantifier.

Ensuite, je les aide à structurer leur effort de prévention, de sorte à ce que l’on ne soit pas face à un « feu d’artifice de la prévention », par lequel on fait tout et rien, avec un coût important et sans retour sur la durée.

Quand on en vient à parler de prévention au niveau musculosquelettique, tout est fonction de la situation : en général, faire quelques sensibilisations permet d’apprendre à se connaître, à connaître le métier et les conditions de travail, et de préparer collaborateurs et cadres à participer à une prévention plus structurelle. Je travaille beaucoup sur la relation avec mes clients, car sans confiance on ne parvient à rien.

Swiss balls, bureaux debout, chaises ergonomiques… avez-vous des conseils au niveau équipement pour adopter une bonne position au bureau ?

La base d’une bonne posture, c’est la stabilité du bassin : c’est par lui que vous pouvez transférer votre poids à la chaise, donc réduire la charge sur vos propres tissus.

Dans les métiers administratifs, on peut donc procéder en 3 temps :

  • d’abord former les collaborateurs et régler tous les postes de travail (éventuellement former des relais en interne), puis
  • faire un état des lieux du matériel et enfin si nécessaire
  • mettre en place un plan de renouvellement et d’amortissement du mobilier, en commençant par les chaises.

En répartissant l’effort financier sur plusieurs années, on peut ensuite négocier un contrat-cadre avec un fournisseur, ce qui permet de bénéficier de conditions avantageuses ; j’aide les entreprises à faire le bon choix, car l’offre est souvent pléthorique et il leur est difficile de s’y retrouver. Naturellement, il s’agit là des grandes lignes de mon action : à côté, il y a le day-to-day, notamment s’occuper de ceux qui ont déjà mal pour éviter qu’ils s’absentent.

 

Et côté employé, quels gestes et habitudes à adopter pour éviter les douleurs liées à la position assise ?

Comment se relaxer le haut du corps en quelques minutes au travail pour éviter les TMS ? 

En tant que collaborateur, il est important de travailler simultanément sur 2 axes : d’une part, ne pas surcharger les tissus, et d’autre part les détendre fréquemment (idéalement, au moins deux fois par heure).

1h de relaxation le dimanche, ça n’est pas aussi efficace que 10 secondes toutes les 20 minutes

La relaxation a vraiment besoin d’être fréquente : 1h de relaxation le dimanche, ça n’est pas aussi efficace que 10 secondes toutes les 20 minutes (càd. 20 minutes par semaine) ! J’ai publié sur YouTube une courte vidéo qui montre une routine facile pour tous.

Elle dure environ 1’30’’, mais on peut la faire morceau par morceau si on n’a que quelques secondes à y consacrer.

C’est quoi la posture idéale quand on travaille sur un ordinateur ?

Il y a un grand débat sur la posture idéale, j’en suis bien conscient. Je me situe cependant en désaccord avec les écoles qui prétendent qu’il suffit de bouger pour aller bien.

Le schéma ci-dessous illustre pourquoi : la personne a l’impression de bouger, mais ses lombaires sont en fait tout le temps avachies. Il porte donc son poids toute la journée sur les disques. C’est ce que j’appelle le « macro-mouvement » (le corps dans son ensemble bouge), par opposition au « micro-mouvement » (les lombaires ne bougent pas).

TMS positions

Source : Stichting STEP

Mon approche est donc de construire, avec les participants aux formations, une posture assise qui répartit le poids entre cartilages intervertébraux, disques et muscles. Cette posture est caractérisée par le fait qu’on est assis à la verticale des ischions (le bas du dos est alors plat au toucher). Cette posture doit être soutenue par le support lombaire, qui vient donc soutenir la ceinture ; les omoplates se retrouvent alors naturellement décollées du dossier.

position assise tms

Source : Olivier Girard

Ensuite, l’idée est d’en faire le moins possible avec la nuque, les bras et les mains : lorsque les coudes sont fléchis à 90°, épaules relax, le clavier et la souris doivent naturellement être sous les doigts.

Cette posture est celle qui permet de tenir le plus longtemps assis. Cependant, il est tout à fait exact qu’il faut aussi bouger : cela signifie bouger autour de cette posture lorsqu’on travaille (on peut tout à fait bouger un peu en restant sur les ischions et contre le support lombaire), et bouger beaucoup toutes les 25-30 min, de préférence en changeant d’activité (se lever pour téléphoner, parler à un collègue, ou tout simplement pour faire la routine de relaxation !).

 

Quand vous analysez des postes de travail, quels sont les éléments que vous observez en particulier ?

Lorsque j’observe un poste de travail, je me concentre sur la personne qui l’occupe. C’est au vu de sa posture que j’analyse ensuite en quoi son poste de travail la guide éventuellement vers ce que je vois.

Par exemple, si le support lombaire est trop bas, on observera une tendance à l’avachissement. L’observation est méthodique, des pieds à la tête puis aux mains : on construit le corps comme on construit un bâtiment, de bas en haut en partant des fondations.

Je commence donc par la position des pieds, l’angle des genoux, le bassin (sur les ischions ou non, contre le support lombaire ou non), les vertèbres dorsales et les omoplates, la nuque et le front, puis les épaules et les bras.

Je ne fais rien sans d’abord faire sentir à la personne la différence entre sa position et une position plus neutre, et sans expliquer l’impact physiologique des postures que j’observe ; à mon sens, il s’agit là de deux éléments essentiels pour faire évoluer les habitudes.

Des conseils pour un employé de bureau pour lutter contre les méfaits de la position assise prolongée ?

Identifier toutes les activités qu’on fait assis par habitude, mais qu’on pourrait en fait faire debout : téléphoner, parler, faire des réunions d’équipe

Je crois que pour éviter de rester assis trop longtemps, il faut identifier toutes les activités qu’on fait assis par habitude, mais qu’on pourrait en fait faire debout : téléphoner, parler, faire des réunions d’équipe, etc.

On pourrait aussi souvent mieux répartir les pauses café, garer la voiture plus loin, limiter le temps dédié aux écrans à la maison (et du coup passer plus de temps avec sa famille !), et se relaxer pendant les innombrables petits moments de la journée où l’on ne fait physiquement rien de productif (attendre le bus ou l’ascenseur, attendre que l’eau pour le thé chauffe, parler avec ses collègues, etc.).

Souvent, les participants à mes formations rigolent et ont peur du regard des autres ; peu importe leur regard, si c’est pour votre santé ! Par ailleurs, on a tous tendance à croire que les autres nous regardent beaucoup, mais il n’en est rien. Je crois donc que nous devons tous garder en tête que les TMS sont un problème certes professionnel, mais aussi privé, et certes ergonomique, mais aussi posturologique.


Pour en savoir plus sur Olivier Girard et ses formations en entreprise, vous pouvez vous rendre sur son site. De nombreux conseils pour une meilleure posture sont également disponibles sur son site Train Your Posture.

Chez Goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Comment ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

Améliorer bien-être des salariés

On en parle ? Contactez-nous 

Prendre soin santé des salariés

Sommeil des employés et performance de l’entreprise

Comment avez-vous dormi cette nuit ? Cela peut avoir l’air étrange comme question, mais les études prouvent que le sommeil est l’un des principaux facteurs qui influent sur la façon dont vous allez travailler – et performer – aujourd’hui et tout au long de votre vie.

Malgré le rôle crucial joué par le sommeil pour notre santé, les Français dorment en moyenne 1h30 de moins qu’il y a 50 ans…

Parce qu’une bonne nuit de sommeil est la base d’une journée saine, heureuse, sûre, et productive, les entreprises ont intérêt à aider leurs employés à améliorer leur sommeil. Le sommeil est gratuit, mais c’est une mine d’or ignorée par de nombreuses entreprises pour améliorer la productivité globale et réduire les coûts liés à l’absentéisme.

Sommeil et productivité entreprise

Sommeil et productivité

L’effet des troubles du sommeil sur la productivité

Les troubles de sommeil coûtent 63 milliards de dollars en perte de productivité aux entreprises américaines.[1]

Les troubles du sommeil privent vos employés de la possibilité d’exceller au travail. Selon l’étude Sleep And Health: How Longterm Deprivation Is Affecting Our Well-Being, les personnes qui ont un mauvais sommeil sont globalement moins productives. Inquiétant, quand on sait qu’en France 45% des 25-45 ans considèrent qu’ils dorment moins que ce dont ils ont besoin.[2]

Sans sommeil, vos salariés sont moins capables de se concentrer, moins aptes à collaborer et à s’engager dans des activités cognitives complexes telles que la mémoire ou la communication avec les collègues et clients. Les projets qui pourraient être réalisés en trois ou quatre étapes pourraient déraper : les employés sont moins aptes à développer une pensée critique, à résoudre des problèmes et à être créatifs.

Le sommeil n’est pas uniquement utile à la mémoire, la concentration et la récupération. Il est aussi clé dans les phénomènes d’apprentissage. La manque de sommeil réduit l’engagement, l’innovation et au final l’efficacité de vos employés. Et ils ne sont pas les seuls perdants : c’est toute l’entreprise qui en souffre.

Les insomnies sont liées à la fois à la dépression et à l’anxiété. Lorsque vos employés souffrent d’insomnies, ils sont 10 fois plus susceptibles de souffrir de dépression et d’anxiété. Fatigué, déprimé et anxieux ? Pas forcément l’état idéal pour être efficace au travail.

Le sommeil est un régénérateur physique autant que mental : le sommeil en bonne quantité et de bonne qualité conduit à la performance au travail.

Les troubles du sommeil ont un impact sur la productivité de votre entreprise

Peu importe comment vous le mesurez, les troubles du sommeil coûtent de l’argent aux entreprises. 63 milliards de dollars en perte de productivité aux Etats-Unis, pour être exact.

Vos employés travaillent plus lentement et moins efficacement quand ils dorment mal. Les pertes de productivité associées à la fatigue sont estimées à 1 967 $ par employé par an aux Etats-Unis. De plus, le présentéisme associé aux personnes qui souffrent d’insomnies équivaut à 8 jours de travail perdu par an.[3]

Le mauvais sommeil et son coût pour l’entreprise

Dormir moins de 6 heures par nuit entraîne des déficits de performance équivalents à 48 heures sans sommeil.

Les individus qui souffrent d’apnée du sommeil ont un sommeil dérangé, des troubles du sommeil et font des insomnies. Leur productivité au travail est également impactée négativement. Les analystes financiers considèrent que l’apnée du sommeil coûte entre 5 et 15 milliards de dollars par an en perte de productivité aux Etats-Unis.

Nous savons que dormir moins de six heures par nuit entraîne des déficits de performance équivalents à 48 heures sans sommeil. Et les insomnies sévères font que les employés manquent deux fois plus de travail que les bons dormeurs.[4]

Sommeil et santé

Les troubles du sommeil, fléau des sociétés modernes

En France, 2 personnes sur 3 sont concernées par un trouble du sommeil.

Ce n’est pas un hasard si l’OMS décrit le sommeil comme un « besoin humain de base ». Aux Etats-Unis, les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies disent des troubles du sommeil qu’ils sont « une épidémie de santé publique ». Les problèmes de sommeil, aussi graves que l’obésité ou la grippe ?

En France, 2 personnes sur 3 sont concernées par un trouble du sommeil.[5] A titre de comparaison, 15% des adultes français sont concernés par l’obésité.[6]

Les deux principaux troubles du sommeil comprennent l’insomnie chronique, qui touche 16% de la population française, et les apnées du sommeil (5% des adultes).

Sommeil et maladies chroniques

Dormir 6 heures par nuit augmente le risque d’avoir du diabète de 1,7 fois.[7]

La plupart des gens savent que les médecins recommandent entre 7 et 9 heures de sommeil par nuit, mais ils sont moins conscients des risques sérieux associés au non-respect de ces conseils. Les troubles de sommeil sont directement liés à des risques accrus de maladies chroniques : AVC, crise cardiaque, hypertension, obésité et diabète.

Sauter une heure ou deux de sommeil ici et là n’a pas l’air si problématique. Mais pour chaque heure de sommeil perdu, la privation de sommeil s’accumule comme une dette avec des taux d’intérêt immenses, qu’il sera difficile de rembourser à long terme. Le manque de sommeil est une bombe à retardement : dormir une heure de plus par nuit réduirait le risque de calcification des artères, l’un des premiers symptômes des maladies cardiovasculaires.[8]

Car le sommeil est l’un des processus les plus importants du corps. La privation de sommeil prive le corps des occasions nécessaires pour se réparer et se défendre contre les maladies. Tous les systèmes du corps humain comptent sur le sommeil profond pour les cycles de réparation et de réapprovisionnement.

Quand les cycles de sommeil sont perturbés, le corps s’use plus rapidement.

Les troubles du sommeil ont un impact sur la santé

Les individus dont la durée de sommeil est courte ont 7,5 fois plus de chances d’être obèses.

Manquer de sommeil augmente considérablement le risque de maladie et de décès prématuré. Dormir régulièrement moins de cinq heures par nuit augmente d’environ 15% le risque de décès[9], toutes causes confondues.

Insomnies impact

La privation de sommeil perturbe les cycles hormonaux naturels de votre corps, créant des perturbations dans les hormones liées à l’appétit et à la faim. À 27 ans, les personnes ayant une courte durée de sommeil (moins de 6 heures) sont 7,5 fois plus susceptibles d’être obèses. Le risque de diabète augmente de 1,7 fois en dormant seulement 6 heures par nuit. Dormir seulement 5 heures chaque nuit augmente le risque de crise cardiaque de 45%.

Enfin, la privation de sommeil a un impact négatif sur la partie du cerveau associée à la dépression, l’anxiété, le stress et d’autres troubles psychiatriques.

Combien cela coûte à votre entreprise

Les coûts directs et indirects d’un sommeil de mauvaise qualité se chiffrent en milliards d’euros.

Un sommeil de mauvaise qualité augmente de 33% le risque d’être absent.[10] Les insomniaques présentent deux fois plus d’absentéisme que les bons dormeurs. 88 % des coûts indirects de l’insomnie (233€ par an et par salarié) sont supportés par l’employeur.[11]

On vous laisse faire le calcul de ce que cela peut représenter pour votre entreprise… Les coûts directs et indirects d’un sommeil de qualité se chiffrent en milliards d’euros.


Sources

  • [1] Institute of Medicine of the National Academies
  • [2] Institut national de la santé et de la recherche médicale
  • [3] Institute of Medicine of the National Academies
  • [4] Institut national de la santé et de la recherche médicale
  • [5] Institut national de la santé et de la recherche médicale
  • [6] Obesity rates, OCDE
  • [7] Gottlieb DJ, et al
  • [8] Journal of the American Medical Association
  • [9] Effect of Sleep on Health, Optisom
  • [10] Santé et bien-être des salariés, Malakoff Médéric 2016
  • [11] Retrouver le sommeil, une affaire publique, Terra Nova

A vos côtés pour améliorer le sommeil de vos employés

Prendre soin santé des salariés

Chez Goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Nous vous accompagnons dans l’évaluation, la promotion et l’amélioration du bien-être de vos salariés. On en parle ?
 Contactez-nous.

1. Bilan Sommeil en ligne 

Vos employés s’évaluent et bénéficient de plans d’action personnalisés grâce à notre questionnaire Sommeil issu de la recherche scientifique

2. Tableau de bord entreprise 

L’entreprise peut suivre les résultats Sommeil de ses équipes et mesurer l’impact de ses initiatives bien-être

3. Formations sur le sommeil en entreprise

–> Conférence

« Le sommeil, mieux le comprendre pour l’améliorer », avec le Docteur Alice de Sanctis, pneumologue praticienne, spécialiste du sommeil (« European Sleep expert » en 2017).

–> Ateliers et cours

  • Gestion du sommeil, de la vigilance et des rythmes de travail
  • La relation sommeil et travail : productivité, concentration, mémoire…
  • Le lien entre alimentation et sommeil
  • Séances de méditation
  • Séances de yoga
  • Séances de sophrologie

4. Programmes de coaching numériques

Programme d’accompagnement personnalisé « Pour un meilleur sommeil » d’une durée de 50 jours via notre application mobile goalmap pour aider vos employés à construire de bonnes habitudes dans la durée.

Pourquoi se préoccuper de la santé de ses salariés ?

Nous sortons d’un rendez-vous commercial avec mon frère Arthur. La première question de notre interlocuteur : “Pourquoi devrais-je me préoccuper de la santé de mes salariés ?”. Excellente question, Monsieur le D.R.H. ! Nous avons dégainé nos chiffres et essayé de convaincre notre interlocuteur. Nous avons aussi décidé de rédiger un article de fond sur le rôle que l’entreprise doit jouer sur la santé de ses salariés.

On vous le concède, les réactions de managers complètement insensibles à ces sujets sont de plus en plus rares, mais une partie du marché doit encore être évangélisée. C’est le but de cet article : expliquer pourquoi, chiffres à l’appui, il est dans l’intérêt direct de l’entreprise de mettre en place des mesures pour améliorer le bien-être de ses collaborateurs, à l’intérieur et à l’extérieur du bureau.

Les salariés sont en attente de solutions bien-être de la part de leur employeur

Ce n’est pas du paternalisme 2.0. C’est simplement le résultat des vagues “healthy” qui ont déferlé ces dernières années en France qui ont démocratisé la prévention santé. L’éducation santé / bien-être a largement progressé ces dernières années : tout le monde connaît désormais l’intérêt d’avoir une activité physique régulière, de faire attention à ce que l’on mange, de faire des activités relaxantes, etc.

Les individus sont désormais en attente de solutions de la part de l’Etat, de leur assurance, de leur employeur.

L’entreprise, lieu de prévention naturel

80% des salariés français attendent que leur entreprise joue un rôle pour leur bien-être. Et 75% attendent même de leur employeur qu’il endosse un rôle de “coach” santé afin de les conseiller dans leur vie quotidienne (Santé des salariés et performance des entreprises, Malakoff Médéric, 2016).

L’entreprise est un lieu naturel de prévention et d’amélioration du bien-être, tout simplement parce que nous y passons la majeure partie de notre temps éveillé. Après la rémunération et la culture d’entreprise, la politique bien-être est le premier critère des jeunes générations pour choisir une entreprise et y rester (Quels sont les facteurs / critères clés qui motivent votre décision de choisir une entreprise et d’y rester ?, eFinancialcareers).

L’équilibre entre vies personnelle et professionnelle est sacré pour les nouvelles générations qui n’acceptent plus de sacrifier leur bien-être personnel au profit de leur carrière.

Le capital santé des salariés : un enjeu stratégique pour le DRH

Absentéisme, turnover, marque employeur : le bien-être des salariés est de plus en plus perçu comme un levier de performance. Alors que 2 salariés sur 10 se disent proches du burn-out, il est urgent pour les entreprises d’investir dans le bien-être de leurs salariés.

Investir dans le bien-être de ses salariés est rentable

“Take care of your employees and they will take care of your business.”

Ce vieil adage encourage les employeurs à prendre soin de leurs employés afin que leurs employés puissent prendre soin de leur entreprise à leur tour. Si cette croyance est prêchée depuis des décennies, peu d’employeurs ont pris ce conseil à cœur… jusqu’à maintenant.

Car l’ensemble des preuves démontrant de solides gains financiers et non financiers découlant de l’investissement dans le bien-être des employés abonde ces dernières années. Les entreprises qui investissent dans le bien-être des leurs collaborateurs sont :

  • 11,5 fois plus souvent incluses dans les entreprises où il fait bon travailler de Glassdoor (Best Places to Work)
  • 2,1 fois plus souvent répertoriées parmi les entreprises les plus innovantes du monde de Forbes (World’s Most Innovative Companies)

Figurer sur ces listes a des impacts considérables pour l’entreprise, qui vont bien au-delà de la qualité de vie en entreprise : plus de recrutements, attraction des meilleurs talents, et meilleure fidélisation / rétention des employés. Tout cela améliore évidemment les metrics clés de l’entreprise.

1€ investi dans le bien-être des salariés, c’est 2 à 4€ de R.O.I.

En résumé, l’investissement dans le bien-être de ses salariés est un investissement rentable. Selon l’Agence de la Santé Publique du Canada, 1€ investi, c’est 2 à 4€ de retour. Améliorer le capital santé des collaborateurs ne doit pas être vu comme un coût mais comme un levier de performance.

La productivité de l’entreprise, directement corrélée à la santé et au bien-être de ses équipes

Un employé en bonne santé est un employé plus heureux, plus efficace, plus motivé au travail. A contrario, un salarié en mauvaise santé sera plus absent et moins productif.

Une étude britannique a démontré qu’il existe un lien entre bien-être des salariés et performance de l’entreprise : les 25% d’entreprises ayant les plus importants budgets consacrés à la santé de ses salariés ont vu une progression de 8% de leurs employés en bonne forme et surtout une réduction de 16% des pertes de productivité.

Ces gains sont liés à la diminution de l’absentéisme et du présentéisme, ainsi qu’à l’augmentation de la motivation à travailler dans une entreprise soucieuse du bien-être de ses salariés.

Le programme va de la communication sur les bonnes habitudes d’hygiène de vie aux différents services à la personne ; certaines entreprises, avec une approche holistique, proposent ainsi des séances de taichi, yoga, méditation et massage.

Prenons l’exemple du sommeil : les personnes souffrant de troubles du sommeil (ici les insomnies) sont deux fois plus absents que les bons dormeurs. Comme l’indique une étude de Terra Nova (Retrouver le sommeil, une affaire publique), 88 % des coûts indirects de l’insomnie (233€ par an et par salarié) sont supportés par l’employeur.

Parce qu’une bonne nuit de sommeil est la base d’une journée saine, heureuse, sûr, et productive, les entreprises ont intérêt à aider leurs employés à améliorer leur sommeil. Le sommeil est gratuit, mais c’est une mine d’or inexploitée et ignorée par de nombreuses entreprises pour améliorer la productivité globale de l’entreprise et réduire les coûts d’absentéisme.

Une politique bien-être a des impacts positifs sur la performance de l’entreprise, à condition que l’employeur accorde une attention globale et authentique au bien-être physique, psychologique et professionnel de ses employés.

Pourquoi Goalmap va plus loin que l’offre existante pour le bien-être des salariés 

Il existe des initiatives bien-être en entreprise en France mais c’est parfois de la communication plutôt que de la stratégie : quelques activités autour de la semaine de la Qualité de Vie au Travail par exemple. Nous aidons les entreprises à aller plus loin : nous avons la conviction que l’entreprise doit pouvoir offrir à ses salariés des outils pour évaluer leur niveau bien-être, et les aider à améliorer leur santé avec des programmes de coaching santé ou des ateliers bien-être.

“On ne gère bien que ce que l’on mesure.”

Lorsqu’il s’agit de prévention bien-être, la mesure joue un rôle essentiel. Avoir du feedback est crucial pour l’éducation et la motivation. Nous apportons aux employés et aux entreprises une approche quantifiée, avec des résultats actionnables.

questionnaire bien-être salariés

Améliorer bien-être des salariés

Quelques chiffres pour alimenter les réflexions sur le lien entre santé des salariés et performance de l’entreprise

Activité physique / sédentarité

  • Les employés qui déclarent faire du sport au moins une fois par semaine sont 6% moins nombreux que la moyenne à être absents pour maladie. – Santé et bien-être des salariés et performance des entreprises, Malakoff Médéric, 2016
  • Passer dix ans assis six heures par jour peut coûter sept ans d’espérance de vie et augmente le risque de maladie cardiaque de 63%. – Archives of internal medicine

Douleurs et maladies

  • Le mal de dos coûte un milliard d’euros par an à l’assurance maladie . – Bilan 2015 de la branche accident du travail / maladies professionnelles (ATMP)
  • Le mal de dos est à l’origine de 19% des arrêts de travail, avec une durée moyenne d’arrêt de travail de 33 jours. – Bilan 2015 de la branche accident du travail / maladies professionnelles, AT/MP
  • Les 20% des salariés déclarant une maladie chronique sont 53 % plus nombreux à être absents que la moyenne des salariés. – Santé et bien-être des salariés et performance des entreprises, Malakoff Médéric, 2016

Sommeil

  • 33% de risque d’absentéisme en plus si le sommeil est de mauvaise qualité . – Santé et bien-être des salariés et performance des entreprises, Malakoff Médéric, 2016
  • Les insomnies sévères contraignent les employés qui en souffrent à être 2 fois plus absents que les bons dormeurs. – National Sleep Foundation
  • Dormir moins de 6 heures par nuit entraîne des déficits de performance équivalents à 48 heures sans sommeil. – Institut national de la santé et de la recherche médicale
  • Les troubles de sommeil coûtent 63 milliards de dollars en perte de productivité aux entreprises américaines. – Institute of Medicine of the National Academies

Stress

  • En Europe, 30% des arrêts de travail sont dûs directement au stress. – Sécurex
  • 41 % des salariés souhaitent la mise en place prioritaire de mesures contre le stress au travail. – Harmonie mutuelle

 


 

Chez Goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. On en parle ?
 Contactez-nous.

Prendre soin santé des salariés

Vous souhaitez lire d’autres articles sur le bien-être au travail ? En voilà un sur l’importance de prendre des pauses au bureau, un autre sur la sédentarité au bureau et un dernier qui traite du stress au travail.

Bien-être des salariés : l’interview de Céline Meyrignac, consultante RH

Pour parler de bien-être des salariés, nous invitons régulièrement des professionnels nous parler du secteur, des solutions qu’ils préconisent, des difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Aujourd’hui c’est Céline Meyrignac, psychologue du travail, consultante RH, coach et formatrice, qui a gentiment accepté de répondre à nos questions.

Celine Meyrignac interview bien-être entreprise

Bonjour Céline, pourquoi les entreprises ont un rôle à jouer dans le bien-être de leurs salariés, selon toi ?

Les employés se déclarant “épanouis et heureux”  ont une productivité supérieure de 31%.

Les entreprises ont un grand bénéfice à créer des conditions favorables au bien-être des salariés. Les personnes qui ressentent du bien-être au travail sont plus productives, plus rentables ; c’est désormais prouvé par de nombreux travaux de recherche universitaires en psychologie du travail et en management.

Un exemple : une étude de 225 méta analyses académiques montrent que les employés se déclarant “épanouis et heureux” ont une productivité supérieure de 31%, plus de vente à 37% et 3 fois plus de créativité – Harvard Business Review, 2016).

A contrario la pression, les conflits, coûtent cher ! Absentéisme, turnover, dégradation du cadre de travail, etc.

Le “bien-être” est un terme vague, parfois galvaudé. Pour toi, c’est quoi le bien-être des salariés ? 

C’est à chaque entreprise de trouver ce qui permet les conditions du bien-être !

En effet le terme est beaucoup utilisé mais comme dans tous les domaines il faut pouvoir s’approprier un concept et l’adapter spécifiquement à son propre contexte.

La question serait plutôt : c’est quoi le bien être pour nous, dans notre entreprise et en ce moment ? Je comprends les personnes qui peuvent s’agacer de l’image “canapé / baby foot” qui est diffusée partout comme la représentation concrète du bien-être en entreprise, or c’est à chaque entreprise de trouver ce qui permet les conditions du bien être !

De manière plus concrète le bien être englobe le corps et l’esprit, c’est donc créer des conditions physiques et matérielles sécurisantes et adaptées qui permettent au corps de travailler, de faire des pauses, dans des conditions matérielles au moins correctes.

Peux-tu nous donner quelques exemples d’actions que tu as menées pour améliorer le niveau de bien-être de l’entreprise ?

J’interviens dans ce domaine en tant que Psychologue du Travail, Consultante RH, Coach et Formatrice : cette approche plurielle me permet de toujours intervenir au niveau du Système.

Un audit permet d’entendre chacun et de travailler au niveau global : les sujets des conditions matérielles et relationnelles du travail peuvent être évoqués librement et les résultats globaux donnent des tendances fortes et des signaux faibles auxquels il va falloir faire attention.

Il existe des outils tels que le “Cultural Transformation Tool” du Barret Values Center qui met en évidence les écarts entre les valeurs souhaitées par les salariés et celles qui sont vécues réellement. C’est souvent très révélateur, et cela donne des pistes pour agir.

Les conditions de base de sécurité, d’hygiène, peuvent être travaillées mais c’est la plupart du temps sur la communication à tous les niveaux de l’entreprise que j’agis : dès que la communication redevient professionnalisée, bienveillante et efficace les personnes se sentent beaucoup mieux.

J’anime des ateliers d’information sur le stress en format court qui permettent une information scientifique et psychologique avec des astuces pratiques pour mieux prévenir ou vivre les périodes de tension. La communication que j’évoquais relève du savoir être et est difficile à modifier, il faut une vraie volonté.

Au delà du Coaching qui est un investissement personnel fort, il est toujours utile de rappeler lors d’ateliers de formation ou d’ateliers les basiques qui permettent de bien améliorer la relation et donc les tensions : l’art du feedback par exemple qui est essentiel et bien mal connu.

Quels sont tes conseils pour les RH qui veulent aider leurs employés à concilier vie professionnelle et vie privée ?

Les DRH ont pour moi un rôle stratégique à ce niveau car ils sont les garants du respect des “droits et devoirs” collectifs au sein de l’entreprise et également souvent une référence de support individualisé pour les collaborateurs. C’est au DRH ou à son équipe que l’on parle le plus de ses “deux vies” et le respect de la confidentialité est le socle de cette confiance.

Les DRH savent par exemple lutter avec leur Comité de Direction avec une positive fermeté contre le présentéisme cultivé par les Français, parfois au détriment de la qualité et de l’efficacité.

Beaucoup de personnes sont bien plus passionnées que l’on dit au travail : elles sont un stress positif qui peut basculer vite en négatif, alors il faut moduler et aider à prendre du recul. Cela peut avoir un impact négatif sur la vie privée et professionnelle car l’investissement du collaborateur n’est plus au juste niveau.

Mes conseils sont de partir avant tout de la culture spécifique de l’entreprise, de son organisation et de synthétiser les besoins liés au business et aux caractéristiques des salariés. Puis d’être pragmatique et pratique en restant ouvert : ce qui est simple est souvent le mieux, et si une solution ne fonctionne pas, on la change ! Pour moi plus le collectif vécu au travail est sain, plus il est plus facile de développer une vraie vie privée.

Parmi les solutions que je préconise : le droit à la déconnexion, les agendas partagés… Oui si cela a du sens et avec des règles validées par tous. Si je veux écrire mes mails le dimanche soir parce que cela me détresse pour le lundi, je peux le faire, mais ils partiront en programmation lundi matin à 9H par exemple. Le télétravail permet de résoudre les soucis des parents mais aussi de travailler au calme quand c’est nécessaire. Et bien sûr un travail de fond de développement RH : entretiens, formations, ateliers bien-être ou culturels, temps de convivialité, et coaching.

Comment  sensibiliser les managers à l’importance du bien-être des salariés ?

Le bien-être n’est pas un luxe, il ne coûte pas cher et rapporte beaucoup.

Je travaille avec tout type d’entreprises, de tout secteur, avec une culture française ou internationale, je suis basée à Marseille mais mes clients peuvent avoir des établissements partout en France. De 2000 salariés à moins de 10… Le bien être est une préoccupation bien plus présente aujourd’hui, elle s’exprime de manière différente selon la culture et l’histoire des organisations. Les managers y sont d’autant plus sensibilisés qu’ils vivent au quotidien avec les équipes : ils sont souvent désarmés par des attitudes négatives et des conflits.

Il faut accepter l’idée que le bien être n’est pas un luxe, qu’il ne coûte pas cher et rapporte même beaucoup. Un collaborateur très bien sans sa mission et dans sa boîte donne souvent bien plus qu’attendu !

Quels sont les freins au bien-être au travail ? 

Les freins peuvent venir d’un comité de direction ou d’un dirigeant qui ne communique pas : la stratégie est non partagée, les messages ambigus et les Managers peinent à ne pas ressentir une pression qu’ils diffusent à leurs équipes.

Ils sont aussi culturels, cette idée qui vient de la scolarité que le “chef” doit tout savoir mieux que les autres, cette idée de l’autorité ou du leader « naturel »… Rien n’est plus faux, les soft skills sont un vrai travail, ou plutôt un sport : il faut se former toute la vie et s’entraîner régulièrement, accepter les jours avec et sans avec humilité et revoir toujours ses basiques : est ce que je connais bien mon équipe ? Quels sont nos enjeux et ce qui nous anime ensemble ? Comment gagner ? Comment cultiver ce que nous faisons le mieux ? Et penser à récupérer, à célébrer… Comme une équipe sportive !

Plutôt que de ne voir que ce qui ne va pas il faut accepter que travailler c’est résoudre des problèmes. Le jeu est de les résoudre avec bonheur, cela rend performant !

Comment convaincre les entreprises d’aller au-delà de la simple communication sur la marque employeur ?

Une marque employeur basée sur des valeurs qui ne se concrétisent pas par des actions réellement réalisées démotive les collaborateurs.

Il faut réaliser un vrai travail de fond sur les valeurs, la communication et la manière spécifique de travailler dans l’entreprise, en évitant à tout prix de vouloir coller à une image qui ne correspond pas à la réalité, sinon cette communication risque d’être contre productive. Une marque employeur basée sur des valeurs qui ne se concrétisent pas par des actions réellement réalisées et visibles sur le terrain est très négative pour les candidats et démotive les collaborateurs qui devraient porter ces valeurs. Et attention à Glassdoor ou même votre adresse évaluée sur Google et autres informations numériques qui cassent très facilement vos efforts de communication !

Même les entreprises supposées être non attractives ont des atouts réels à valoriser … à condition qu’ils sont réels. Après on peut faire beaucoup !

Le Bien être, la QVT ce n’est pas une stratégie, c’est LA stratégie qui permet de créer la richesse humaine et économique.

 


Pour en savoir plus sur Céline Meyrignac, vous pouvez visiter son site web et sa page Linkedin.

Chez Goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Nous accompagnons les entreprises dans l’évaluation, la promotion et l’amélioration du bien-être des salariés. On en parle ?
 Contactez-nous.

Equipe goalmap frères Catani

Vous souhaitez lire d’autres articles sur le bien-être au travail ? En voilà un sur l’importance de prendre des pauses au bureau, un autre sur la sédentarité au bureau et un dernier qui traite du stress au travail.

Nos conseils pour une alimentation saine au bureau

Nous passons une grande partie de notre temps au travail, nos habitudes alimentaires au bureau ont donc naturellement un impact considérable sur notre santé globale. Chez goalmap, vous le savez peut-être, nous sommes persuadés que l’entreprise est un lieu de prévention naturel, et cela concerne aussi l’alimentation !

Le bureau peut être un lieu de tentation – comment ne pas succomber à la tentation du distributeur automatique quand vous avez un creux ou que votre collègue vient d’ouvrir une canette de coca ? Mais si vous le souhaitez, vous pouvez aussi transformer vos habitudes au bureau pour avoir une routine alimentaire plus saine. Alexandra Murcier, diététicienne-nutritionniste, nous explique comment faire.

Alexandra, membre de l’AFDN (Association Française des Diététiciens Nutritionnistes), dispense des formations à l’éducation nutritionnelle en entreprise, auprès de personnels soignants, de foyers de jeunes et dans des clubs sportifs. Elle est également experte diététique pour différents médias (HuffingtonPost, Grazia).

Une alimentation saine au bureau ? Oui, c’est possible !

Bonjour Alexandra, pourrais-tu nous donner quelques conseils concrets pour avoir une alimentation saine au travail ?

La meilleure solution pour manger sainement au bureau est souvent d’apporter ses repas, car cela permet de contrôler mieux ce que l’on consomme, et cela est également plus économique sur le long terme.

Les cantines d’entreprises peuvent également être une bonne alternative si l’on sait faire des choix éclairés. Enfin, pour ceux qui mangent systématiquement à l’extérieur il est important de varier les repas pour couvrir tous les besoins en différents vitamines et minéraux. Dans tous les cas il faut éviter de sauter des repas.

Alexandra Murcier conseils alimentation

Des exemples de repas sains qu’on peut apporter au travail ?

Il est facile d’apporter des salades composées (contenant des féculents et des protéines) type Salade César. Les sachets de mélanges de céréales précuits à réchauffer au micro-ondes peuvent également être une bonne alternative si on les associe à des légumes crus. Les fruits sont faciles à transporter et à conserver même si l’on n’a pas de réfrigérateur au bureau et ils permettent de terminer le repas en faisant le plein de vitamines.

Pause déjeuner

Quelles sont les petites actions simples qu’on peut mettre en place en entreprise pour aider les employés à maintenir de bonnes habitudes alimentaires ?

Dans un premier temps, leur accorder une vraie pause déjeuner, dans une salle agréable et dédiée à cet effet (pas devant l’ordinateur !). Il faut encourager la consommation de produits sains, une corbeille de fruits à disposition est souvent très appréciée.

Conseil goalmap : vous pouvez faire appel à des entreprises qui livrent des paniers de fruits et encas sains comme DelicornerPause fruitéeBefruits ou encore Yuzzu.

Alimentation et performance au travail

Comment manger équilibré en déplacement ?

Lors de déplacements il faut essayer de conserver son rythme alimentaire habituel (horaires et composition des repas).

Des idées de snacks sains au bureau ?

Des fruits, des amandes, des noix, des noisettes …

noix bon pour la santé

Pourquoi est-il conseillé de se poser pour la pause déjeuner ?

Le signal de satiété met au minimum une vingtaine de minutes à arriver à partir du moment où l’on commence à manger. Si on mange trop vite, on a donc tendance à manger plus en quantité, ce qui peut avoir un impact défavorable sur le poids à long terme. Le fait de manger trop rapidement perturbe également la digestion et, si l’on mange trop rapidement sans prendre de plaisir au repas, cela amplifie les frustrations et donc les compulsions alimentaires.

Conseil goalmap : essayez de manger plus lentement, d’accorder l’attention et le temps nécessaires aux repas. Prenez le temps de (re)découvrir le goût des aliments, et le plaisir de manger !

Y a-t-il un lien entre alimentation et productivité ?

Bien évidemment ! Une personne qui se nourrit mal aura un moins bon état de santé, sera plus fatiguée, donc plus encline à tomber malade. La santé des salariés est un réel investissement pour l’entreprise ! Promouvoir les bons comportements alimentaires dans son entreprise c’est un investissement sur la productivité future de l’entreprise.

Alimentation et gestion du stress

Quels sont les meilleurs aliments pour gérer son stress ? 

Les aliments riches en magnésium : féculents et céréales complètes, les amandes, les noix et le chocolat noir.

chocolat noir magnésium bon pour la santé

Des conseils pour apprendre à manger en pleine conscience ?

D’abord, prendre son temps et prendre son repas dans un cadre agréable. Avant de commencer son repas, prendre le temps de faire une jolie assiette, de s’en imprégner visuellement, de sentir l’odeur des aliments. Il faut prendre également le temps de mâcher, de se concentrer sur ses sensations alimentaires, de poser la fourchette entre les bouchées. Eviter absolument de manger en regardant la télévision ou devant l’ordinateur : l’esprit humain n’est pas fait pour se concentrer sur deux choses en même temps ! Si notre attention est portée sur un écran, on mange de manière automatique, donc plus vite, on ne profite pas du plaisir alimentaire, ce qui à terme alimente les compulsions.

Quelques conseils pour apprendre à lire les étiquettes ?

De manière générale, je conseille toujours de choisir les aliments dont la liste d’ingrédients est la plus courte possible. Eviter les aliments dont la liste d’ingrédients comporte des produits que l’on ne trouve pas dans ses placards. Eviter également les aliments contenant la mention « matière grasse hydrogénée », les aliments contenant des additifs (E suivis d’un numéro …). Il faut enfin être vigilant sur l’apport en sucres ajoutés.

Conseil goalmap : il est important d’apprendre à comprendre la valeur nutritive d’un produit. Cela vous permettra de différencier les produits et de faire des choix plus sains. On a récemment découvert Yuka, une appli qui permet de scanner son alimentation. Le principe est simple : évaluez la qualité de vos achats pour savoir réellement ce que vous mangez.

Junk food, sodas, grignotage, repas devant un écran, en 5 minutes chrono… Comment combattre ses mauvaises habitudes alimentaires ?

Tout d’abord en faisant un travail sur son organisation (apporter des repas au bureau pour éviter la junk food par exemple). Prendre conscience que notre santé est notre priorité et qu’il ne faut pas sacrifier sa pause déjeuner, s’arrêter quelques minutes permet d’être réellement plus productif ensuite. Ne pas forcément arrêter les grignotages, mais plutôt les remplacer par des collations saines. La solution peut parfois être également de rencontrer un professionnel de l’alimentation pour faire le point et rééquilibrer son alimentation facilement en fonction de ses besoins.

Mauvaises habitudes alimentaires au travail

On parle beaucoup du sucre en ce moment. Pourquoi faut-il manger moins de sucre et comment y arriver ?

Méfaits du sucre sur la santé

Une consommation trop importante de sucre favorise le surpoids, augmente le risque de développer certaines pathologies du type diabète, augmente le risque de caries. De manière générale, le sucre est pro-inflammatoire, c’est-à-dire qu’il favorise l’inflammation et toutes les pathologies qui y sont associées. On peut limiter sa consommation de sucre ajouté (sucre dans le café par exemple), remplacer les sodas par de l’eau gazeuse, éviter au maximum les produits transformés qui sont très riches en sucres cachés …

Conseil goalmap : une alimentation saine, ce n’est pas de s’astreindre à des règles drastiques pour ensuite se relâcher brutalement. Pour obtenir des résultats durables, il s’agit d’intégrer de petites habitudes au quotidien de manière harmonieuse, sans oublier le plaisir.


Pour en savoir plus sur Alexandra, vous pouvez visiter son site web.

Chez goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Nous accompagnons les entreprises dans l’évaluation, la promotion et l’amélioration du bien-être des salariés. Comment ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

Equipe goalmap frères Catani

On en parle ?
 Contactez nous.

Vous souhaitez lire d’autres articles sur le bien-être au travail ? En voilà un sur l’importance de prendre des pauses au bureau, un autre sur la sédentarité au bureau et un dernier qui traite du stress au travail.

Si vous avez aimé nos conseils alimentation, vous aimerez notre programme de coaching “Les clefs de l’alimentation saine”, disponible sur l’application goalmap.

Prendre des pauses pour gagner du temps ?

Cela peut sembler paradoxal, et pourtant : prendre des pauses vous fera gagner du temps. Parce qu’en prenant des pauses régulières lors de votre journée de travail vous serez plus efficace, plus détendu et plus alerte.

Et oui, il est essentiel de se ménager des pauses régulières entre les plages de travail pour maintenir son attention, par exemple deux minutes toutes les 45 minutes. Profitez-en par exemple pour marcher un peu, histoire de lutter contre les méfaits de la productivité (si vous travaillez sur un bureau, voici quelques conseils). Vous offrirez à votre cerveau et à vos yeux une pause bien nécessaire après des heures devant l’écran de l’ordinateur.

Mais au fait, pourquoi les écrans sont mauvais pour votre santé ?

Une position assise sur un bureau face à son ordinateur trop prolongée est mauvaise pour votre santé.

Pour vos yeux :

Les écrans sont associés à un risque accru de fatigue et de sécheresse oculaire. Comme l’explique très bien cet article, face à un écran, nous avons tendance à beaucoup moins cligner des yeux. Par ailleurs, le contraste des caractères est plus fort sur un écran que sur un fond papier, ce qui fatigue vos yeux. Ajoutez à cela un mauvais angle de vue mal par rapport à l’écran, et vous avez le combo gagnant pour épuiser vos yeux.

Il est ainsi conseillé de faire 20 secondes de pause pour les yeux toutes les 20 minutes, en regardant un objet situé au loin. Au bout de deux heures d’utilisation ininterrompue, 15 minutes de pause deviennent nécessaires pour se reposer les yeux. Ce schéma résumé bien quelques conseils pour atténuer la fatigue oculaire.

Conseils travail ordinateur fatigue yeux

Pour votre corps :

La position assise prolongée participe à un phénomène plus global, très inquiétant aujourd’hui : la sédentarité. La sédentarité correspond à une activité physique faible ou nulle avec une dépense énergétique proche de zéro. Selon une étude réalisée par Archives of Internal Medicine, passer dix ans assis six heures par jour peut coûter sept ans d’espérance de vie et augmente le risque de maladie cardiaque de 63%. Dix ans assis six heures par jour, c’est le cas de beaucoup d’entre nous (moi y compris !) qui ont un travail de bureau.

Il est donc essentiel de lutter contre les méfaits de la sédentarité en restant actif dans la journée, y compris au travail. Levez-vous de votre chaise et étirez-vous régulièrement. Profitez de vos pauses pour marcher ! Car attention : faire du sport le soir ne compense qu’en partie l’absence d’activité physique la journée.

Concrètement, rester assis trop longtemps sans bouger peut engendrer de mauvaises tensions dans les muscles de vos hanches et des douleurs dans le bas de votre dos, votre nuque ou vos épaules. Quelques conseils ci-dessous pour bouger plus au bureau ;)

Pour votre cerveau :

Au bureau, notre cerveau est constamment sollicité : par nos collègues, les nouveaux emails, les dossiers qui s’empilent sur la table, les réunions qui s’enchaînent… Cela se traduit par un niveau de stress élevé, qui a un impact négatif sur notre productivité et notre bien-être.

Il est important d’apprendre à mieux gérer votre boîte mail. Selon Evercontact, chaque professionnel reçoit 100 emails par jour. Résultat : en moyenne, un employé vérifie sa boîte email 36 fois par heure et passe 13 heures par semaine à gérer ses emails. Le conseil est donc simple : ne lisez pas vos emails en permanence. Si vous lisez vos emails en continu dès qu’ils arrivent dans votre boîte de réception, vous introduisez des dizaines de micro-interruptions dans votre journée sans jamais atteindre votre rythme de croisière en termes de productivité.

Cette approche s’applique aux emails et à toutes les distractions digitales en général. Règlez vos notifications de manière à ne pas être derangé(e) et ne pas perdre votre rythme. Désinscrivez-vous des newsletters que vous ne regardez plus mais que vous gardes « au cas où ». Ne vous encombrez pas de superflu !

La pause qui s’impose.

Faire des pauses régulières

Les tâches complexes, comme écrire ou planifier une stratégie, requièrent beaucoup d’effort mental. Le cerveau ne peut rester focalisé que pour une durée de temps limité.

Prendre des pauses entre les plages de travail permet de se régénérer et de maintenir son attention. C’est également utile pour rythmer et organiser sa journée de travail. Concentrez-vous sur une seule chose à la fois et sans interruption, si possible avec un objectif clair. Prenez ensuite une pause de 3-5 minutes pour reposer votre cerveau.

Prendre des pauses régulières est bon pour votre productivité. Mais toutes les pauses ne se valent pas.

Pour mesurer les bienfaits des pauses au travail, l’Ecole de Management de Grenoble a réalisé une étude sur 60 salariés. Il était demandé à trois groupes témoins de réaliser une tâche complexe pendant 45 minutes.

Le premier groupe ne bénéficiait d’aucun temps de pause. Les deux autres groupes bénéficiaient d’une pause de 60 secondes tous les quarts d’heure. Mais les pauses étaient différentes : alors qu’un groupe devait écouter un texte, l’autre devait mémoriser le contenu du texte.

Résultat : le groupe qui bénéficiait d’une pause mais devait simplement écouter un texte enregistre un score supérieur de 10% en termes de performance par rapport aux deux autres groupes. Le groupe qui faisait une pause mais devait mémoriser le texte a le même résultat que le groupe qui n’avait pas de pause.

Conclusion : toutes les pauses ne se valent pas. Quand vous êtes en pause, profitez-en pour vous relaxer réellement, laissez votre esprit vagabonder, c’est ce que les chercheurs appellent « l’errance mentale ». Pour cela, la marche (sans téléphone portable) est un excellent exercice.

Profitez de votre pause déjeuner pour vous ressourcer.

La pause déjeuner est une excellente occasion de se ressourcer. Ne mangez pas à votre bureau. Vous n’allez pas apprécier votre repas, et vous allez faire du mauvais travail (ne pas faire deux choses à la fois). Profitez plutôt de ce moment pour recharger vos batteries, prendre l’air, passer un moment social.

La technique Pomodoro ou l’art de mieux gérer son temps.

stress multitasking

Nous sommes constamment dérangés et distraits, par les emails, les notifications de notre téléphone, etc. Comment alors se concentrer pour avancer dans ses projets ? La technique Pomodoro est une méthode très utile pour mieux gérer son temps. Le principe : faire des tirs groupés, ou batches en anglais. Concentrez-vous sur une seule chose à la fois et sans interruption, pendant 30 minutes, puis prenez une pause de 3 minutes pour reposer votre cerveau : mangez une banane, discutez avec vos collègues, faites le tour du pâté de maison, détendez-vous ! Vous serez frais pour repartir du bon pied pour une nouvelle salve de 25-30 minutes, et ainsi de suite !

La durée de 30 minutes est indicative, à vous de moduler pour trouver votre rythme. Si vous vous attaquez à une tâche difficile et que vous êtes dans votre élan, vous pouvez aller jusqu’à 45 minutes voire 1 heure avant de faire une pause. Ce qui importe avant tout, c’est de ne pas interrompre les batches. Voilà une vidéo qui explique bien la technique Pomodoro.

L’art de ne pas être dérangé.

Comment ne pas être dérangé ? Téléphone en mode avion, porte du bureau fermée avec un petit mot s’adressant gentiment à vos collègues, un fond de musique classique : tous les moyens sont bons pour garder votre flow !

Allez, petite pause ?


Vous souhaitez lire d’autres articles sur la la gestion du temps ? En voilà un sur les méfaits du multitasking. Si vous avez aimé nos conseils productivité, vous aimerez notre programme de coaching “Améliorer ma productivité”, disponible sur l’application goalmap.

Chez goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Nous accompagnons les entreprises dans l’évaluation, la promotion et l’amélioration du bien-être des salariés. Comment ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

Equipe goalmap frères Catani

9 habitudes utiles quand on travaille de chez soi

La loi française favorise désormais les salariés qui veulent travailler de chez eux, elle permet en effet au salarié de pouvoir, en toute sécurité, travailler à domicile. Ce nouveau mode de travail est une excellente occasion pour mieux concilier la vie privée et vie professionnelle et perdre moins de temps dans les transports.

Actuellement ce sont près de 3 millions d’actifs en France qui travaillent au moins un jour par semaine à la maison.

La plupart sont des salariés issus de grands groupes, souvent américains, qui ont depuis longtemps adopté ce fonctionnement. Ces entreprises ont en effet compris depuis quelques années les effets positifs d’un environnement de travail flexible. Elles ont constaté une augmentation de la productivité de 22 % et une baisse des arrêts maladie de plus de 5 jours par an. 

Une étude réalisée en 2016 par l’entreprise américaine TINYpulse a interrogé plus de 200 000 employés pour constater que les travailleurs à distance se sentent plus heureux, plus valorisés et plus productifs.

Attention cependant à ne pas être trop optimiste : le travail à domicile peut en effet brouiller les frontières entre vie pro et vie privée (puisqu’on travaille de chez soi) et le manque de contacts humains peut déboucher sur un isolement du salarié. Il est essentiel pour les employés d’apprendre à rester en bonne santé et productif tout en travaillant à la maison. Entre de longues heures de travail et la tentation de travailler à rester au lit toute la journée, il faut parfois se faire violence pour mener une vie saine tout en travaillant à distance.

Le télétravail représente certes une véritable opportunité pour le bien-être des salariés, mais il existe toutefois quelques « habitudes » à mettre en œuvre quand on travaille chez soi. Ce sont ces conseils que nous partageons avec vous !

Définir un calendrier 

Alarme pour faire des pauses

De nombreux employés qui travaillent de chez eux déclarent travailler de plus longues heures. La raison ? Il est plus difficile de distinguer la différence entre la vie professionnelle et la vie familiale. Il peut être tentant de travailler jusque tard pour terminer un projet. C’est pourquoi il est important d’établir un horaire de travail et de s’y tenir. 17h, 18h ou 19h, fixez-vous une heure limite à ne pas dépasser pour vous déconnecter et vous détendre.

Investir dans un bureau debout 

Bureau debout pour lutter contre sédentarité

Rester assis sur une chaise toute la journée tue, littéralement. En télé-travail, vous bougez moins qu’au bureau : pas de réunion, de café avec un collègue. Investir dans un bureau debout (standing desk disent les anglo-saxons) est une bonne manière de lutter contre les méfaits de la position assise prolongée.

Travaillez debout quand c’est possible pour alterner avec les phases assises. Faites l’effort de vous lever de votre chaise plusieurs fois par jour, par exemple en prenant vos appels téléphoniques en marchant.

Si vous n’avez pas les moyens d’acheter un bureau debout, vous pouvez facilement le fabriquer vous-même à un prix imbattable. #DIY

Programmer des pauses régulières 

Faire des pauses régulières

Il est important de se ménager des pauses régulières entre les plages de travail pour maintenir son attention, par exemple deux minutes toutes les 45 minutes. Profitez-en pour marcher un peu. Vous offrirez à votre cerveau et à vos yeux une pause bien nécessaire après des heures devant l’écran de l’ordinateur. Prendre des pauses régulières est même bon pour votre productivité.

Une étude de l’Ecole de Management de Grenoble a révélé une très nette différence, non seulement sur les capacités d’attention, mais aussi en termes de gain d’énergie et de disponibilité entre un groupe de salariés qui ne prennent pas de pause et un autre groupe qui prend 60 secondes de pause toutes les 15 minutes. Le second groupe enregistre ainsi un score supérieur de 10% en termes de performance par rapport aux deux autres groupes.

Vous pouvez par exemple régler une alarme pour vous rappeler de prendre une pause.

Créer un espace dédié à son travail ️

limiter heures de travail pour bien-être des salariés

Travailler depuis votre lit ou votre canapé peut sembler agréable, mais c’est une mauvaise idée pour votre santé et votre productivité.

Créer un espace de travail bien déterminé dans votre maison aidera à mettre votre cerveau en mode travail. Pour un environnement de travail optimal, assurez-vous que votre espace de travail comprend une bonne chaise, un bureau et un éclairage naturel. Cela vous aidera à rester énergique et concentré tout au long de la journée.

Bouger régulièrement 

Exercices d'étirements au travail

Profitez de vos pauses pour marcher. A la maison, vous avez forcément moins d’occasions de bouger qu’au bureau. Il faut absolument lutter contre les effets néfastes de la sédentarité. Vous pouvez par exemple prévoir quelques pauses de 2-3 minutes d’étirement tout au long de la journée. Rester assis trop longtemps sans bouger représente un danger pour le corps et peut, entre autres, engendrer de mauvaises tensions dans les muscles de vos hanches et des douleurs dans le bas de votre dos, votre nuque ou vos épaules. Les étirements vont feront beaucoup de bien.

S’habiller –> ne pas rester en pyjama ;) 

Travailler en pyjama ? Ce n’est pas le meilleur moyen pour vous mettre en mode « productivité ». Habillé(e), vous serez également plus susceptible de sortir dehors marcher ou de faire du sport.

 Ne pas rester en pyjama quand on travaille chez soi

Préparer ses repas 

Il peut être plus difficile de manger sainement quand on est chez soi. Pour ceux d’entre nous qui ne sont pas des cordons bleus, la préparation des repas peut être une véritable corvée. Essayez, autant que possible, d’éviter les friandises et la malbouffe et dégagez-vous un moment pour déjeuner au calme, pas devant votre ordinateur !

Manger végétarien une fois par semaine

 Utiliser le temps gagné sur le transport pour faire du sport 

Faire du sport trois fois par semaine

En travaillant chez vous, vous gagnez une heure (ou plus !). Profitez de ce temps gagné sur les transports pour faire du sport ou une autre activité que vous appréciez. En France, nous passons en moyenne 50 minutes dans les transports pour l’aller-retour domicile-travail (68 minutes en région parisienne, et 16% de salariés mettent plus d’une heure et demie pour faire l’aller-retour !)

Profiter vraiment de sa pause déjeuner 

Pause déjeuner

Ce n’est pas parce que vous travaillez de chez vous que vous n’avez pas le droit à une pause déjeuner. Comme nous l’écrivions plus haut, prendre des pauses est essentielle pour votre santé et votre productivité. Assurez-vous toujours de prendre le temps libre dont vous avez besoin pour vous sentir bien physiquement et mentalement.

La possibilité de travailler à la maison est un formidable avantage pour de nombreux employés qui font de longs déplacements ou élèvent une famille. Pour tirer le meilleur parti de votre travail à domicile, assurez-vous d’essayer certains des conseils ci-dessus pour vous aider à maintenir de saines habitudes. Quelles bonnes habitudes pratiquez-vous lorsque vous travaillez à la maison? N’hésitez pas à partager avec nous quelques idées !


Chez goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Avec une approche digitale, orientée data, et basée sur l’écoute des salariés, votre politique bien-être devient un réel outil de performance stratégique.

Comment nous faisons ça ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

On en parle ?
 Contactez nous.

Vous souhaitez lire d’autres articles sur la sédentarité des employés ? En voilà un et un autre.

Equipe goalmap frères Catani

10 conseils pour bouger plus au bureau

Sitting is the new smoking, alors bougeons-nous !

Nous vous en parlions dans un précédent article, la sédentarité est « le mal du siècle », selon l’O.M.S. : elle correspond à une activité physique faible ou nulle avec une dépense énergétique proche de zéro. Selon une étude réalisée par Archives of Internal Medicine, passer dix ans assis six heures par jour peut coûter sept ans d’espérance de vie et augmente le risque de maladie cardiaque de 63%.

Dix ans assis six heures par jour : c’est assez commun pour un employé de bureau ! Il est temps de tirer la sonnette d’alarme et de trouver des solutions simples et concrètes pour être plus actif au travail.

Car l’activité physique n’a pas besoin d’être compliquée ! Une chose aussi simple qu’une marche quotidienne peut vous aider à vivre une vie en bonne santé.

Non seulement cette activité aide à entretenir une bonne condition physique mais elle active également la circulation et tonifie les muscles des jambes. Marcher réduit aussi les risques d’hypertension, prévient le diabète et aide à lutter contre le cholestérol. Les pas que vous faites aujourd’hui sont un investissement pour demain.

Voici 10 conseils pour bouger plus au travail !

Travaillez debout

Travaillez debout quand c’est possible pour alterner avec les phases assises. Faites l’effort de vous lever de votre chaise plusieurs fois par jour, par exemple en travaillant sur un bureau debout ou en prenant vos appels téléphoniques en marchant.

Employé sur un bureau debout

Ne mangez pas à votre bureau

La pause déjeuner est une excellente occasion de se ressourcer. Ne mangez pas à votre bureau. Vous n’allez pas apprécier votre repas, et vous allez faire du mauvais travail (ne pas faire deux choses à la fois). Profitez plutôt de ce moment pour recharger vos batteries, prendre l’air et passer un moment social. Si vous avez le temps, faites une rapide promenade digestive après le déjeuner.

Parlez à vos collègues au lieu d’envoyer un mail

Plutôt qu’envoyer un email à son collègue qui se trouve l’étage plus bas, levez-vous et allez le voir. Cela vous permettra de marcher un peu et surtout d’avoir de meilleures relations avec vos collègues. Atos avait institué le projet « Zero email » pour encourager ses employés à envoyer moins d’emails. Une belle initiative pour inciter les gens à se rencontrer, désintoxiquer les employés de leur boîte mail et finalement gagner en productivité.

Etirez-vous régulièrement

Rester assis trop longtemps sans bouger représente un danger pour le corps et peut, entre autres, engendrer de mauvaises tensions dans les muscles de vos hanches et des douleurs dans le bas de votre dos, votre nuque ou vos épaules. Levez-vous de votre chaise et étirez-vous régulièrement.

 Exercices d'étirements au travail

Buvez beaucoup d’eau

Si vous buvez le minimum conseillé de 8 verres d’eau par jour, vous devrez forcément faire quelques allers-retours aux toilettes. En plus d’être bon pour votre corps, l’eau vous forcera à vous lever. Et cela vous évitera de boire des boissons sucrées.

Connectez-vous à une imprimante assez loin de votre bureau

Si vous connectez votre ordinateur à une imprimante qui est assez loin de votre bureau, vous devrez vous lever et marcher à chaque fois que vous devrez faire une impression. #Pasbête !

Prenez les escaliers

Prenez les escaliers plutôt que l’ascenseur. Cela vous aidera à faire circuler votre sang et vous brûlerez entre 50 et 100 calories de plus chaque jour.

 techniques pour être plus actif au quotidien

Faites vos réunions en marchant

Voilà une idée simple qui pourrait avoir un bel impact sur votre santé : la prochaine fois que vous avez une réunion, faites un « walking meeting », et laissez libre cours à votre imagination en marchant.

Prenez des pauses régulières

Il est important de se ménager des pauses régulières entre les plages de travail pour maintenir son attention, par exemple deux minutes toutes les 45 minutes. Profitez-en pour marcher un peu.

Fixez-vous un objectif sur l’appli goalmap

Vous pouvez vous fixer l’objectif « Marcher plus » sur l’application goalmap, l’appli vous enverra des rappels motivants dans la journée. Vous pourrez synchroniser votre objectif avec des applis tierces comme GoogleFit, Fitbit, Nokia Health, etc.

 Objectif Marcher sur application goalmap

Bonus : vous êtes manager ? Investissez dans des espaces qui poussent à l’activité physique

Les espaces physiques constituent un élément clef de l’expérience bien-être d’un employé. Bureaux debout, treadmill desks, swiss balls : il existe de nombreux moyens faciles de promouvoir l’activité sur le lieu de travail.

environnement de travail propice bien-être


Chez goalmap, nous aidons les entreprises à s’approprier le sujet du bien-être des collaborateurs. Avec une approche digitale, orientée data, et basée sur l’écoute des salariés, votre politique bien-être devient un réel outil de performance stratégique.

Comment nous faisons ça ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

On en parle ?
 Contactez nous.

Vous souhaitez aller plus loin sur le sujet de la sédentarité des employés ? Voici notre article.

Quatre facteurs de stress au travail et ce que vous pouvez y faire

Le stress est le facteur majeur du mal-être au travail. En Europe, 30% des arrêts de travail sont dûs directement au stress. Le coût du stress au travail est estimé à 3500€ / salarié / an, soit 7% de la masse salariale (source : Sécurex).

Les excès de stress et de burnout augmentent tant la fréquence que la durée des absences. Et en plus le stress est un phénomène contagieux : le stress d’une personne dans une équipe augmente le risque de burnout des autres personnes de l’équipe.

Alors, que fait-on pour lutter contre ce fléau ? Que puis-je faire en tant qu’employeur pour aider mes employés à mieux gérer leur stress ? Et en tant qu’employé pour apprendre à mieux gérer mon stress ?

 

FINANCES PERSONNELLES ET STRESS

La gestion des finances personnelles est une source d’angoisse pour nombre d’employés français. Un employé stressé par l’état de ses finances personnelles a forcément une capacité de concentration et d’attention moindre.

Lien entre gestion finances personnelles et stress

Aux Etats-Unis, c’est même le facteur de stress numéro un, avec 72 pour cent des employés américains qui disent se sentir stressés à ce sujet au moins une partie de leur temps au bureau.

Ce que vous pouvez faire

  • En tant qu’employé : prendre un rendez-vous avec un expert financier ou chercher des ateliers en ligne pour vous aider à créer un plan financier ; apprendre à établir un budget et piloter vos finances personnelles pour mieux savoir où vous en êtes de vos revenus et de vos dépenses et donc être moins stressé (on ne contrôle que ce que l’on mesure !) ;
  • En tant que manager : offrir des consultations avec des spécialistes à vos employés pour les aider à mieux gérer leur budget. Ils vous seront reconnaissants !

EQUILIBRE VIE PRIVÉE / VIE PROFESSIONNELLE ET STRESS

Il est déjà difficile de trouver un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle, alors quand on a une vie de famille, c’est un vrai défi !

Lien entre équilibre vie pro vie privée et stress

Ce que vous pouvez faire

  • En tant qu’employé : parlez à votre manager de la façon dont il peut vous aider à mieux concilier le travail et la vie personnelle. Parlez-lui de votre vie de famille, de vos besoins personnels. Il est important de définir des limites claires si nécessaire, demandez de l’aide lorsque vous vous sentez submergé.
  • En tant que manager : si c’est possible, permettez à vos employés de travailler assez régulièrement à la maison ou à des horaires souples afin d’éviter les longs déplacements, d’équilibrer leurs tâches quotidiennes et de dormir selon leurs propres rythmes. Soyons fous : 1 jour par semaine en télé travail ?

GESTION DU TEMPS ET STRESS

Le multitasking tue littéralement votre productivité : une étude célèbre réalisée en 2005 par TNS a montré que les personnes qui font du multi-tâche subissent une perte temporaire de 10 points de QI, soit plus du double de la baisse observée dans les études sur les fumeurs de cannabis !

stress multitasking

Cela vous est déjà arrivé de répondre à vos mails pendant un rendez-vous ? D’apporter votre ordinateur en conférence et faire semblant de prendre des notes pour surfer sur le net ? Alors, vous aussi vous êtes un multi-tasker.

Le multitasking est devenu le Graal de nos sociétés modernes. Pourquoi faire une seule chose quand on peut en faire deux ou trois en parallèle ? Mais la vérité est moins glamour : lorsqu’on pense faire plusieurs choses à la fois, on alterne les tâches en passant rapidement de l’une à l’autre (micro-tasking) et ces interruptions multiples sont dommageables.

Ce que vous pouvez faire

  • En tant qu’employé : concentrez-vous sur une seule tâche à la fois et sans interruption, si possible avec un objectif clair. Prenez ensuite une pause de 3-5 minutes pour reposer votre cerveau ; traitez vos emails par batchs : ne lisez pas vos emails en permanence. Si vous lisez vos emails en continu dès qu’ils arrivent dans votre boîte de réception, vous introduisez des dizaines de micro-interruptions dans votre journée.
  • En tant que manager : vous pouvez encourager le « no email day » (pas d’email entre les employés le vendredi par exemple) ou payer à vos employés des formations sur la gestion du temps et les méthodes de productivité.

MANQUE DE SOMMEIL ET STRESS

Le sommeil renforce le système immunitaire et aide votre corps à se régénérer. De multiples études montrent que le sommeil impacte positivement l’apprentissage, la concentration, la capacité d’attention, la créativité…

lien entre manque sommeil et stress

Si vous ne dormez pas suffisamment, votre corps va s’affaiblir. Manque d’énergie, de concentration tout au long de la journée, mauvaise humeur sont autant de signes d’un sommeil insuffisant. Les adultes qui ne dorment pas assez sont plus susceptibles de déclarer des symptômes de stress.

Ce que vous pouvez faire

  • En tant qu’employé : le manque de sommeil entraîne du stress, mais le stress entraîne aussi un manque de sommeil. Brisez ce cercle vicieux en essayant d’éliminer tout ce qui peut réduire la durée de votre sommeil ; évitez les écrans le soir ; essayez de dîner au moins 2 heures avant de vous coucher ; pas de café ou d’excitants après 15 heures ; faites des étirements légers pour vous aider à vous détendre ;
  • En tant que manager, sensibilisez vos employés sur l’importance du sommeil à travers des ateliers ou des conférences ; organisez des cours de méditation ou de yoga dans votre entreprise pour aider vos employés à apprendre à se relaxer ; encouragez la flexibilité au niveau des horaires.

 

Chez goalmap, gous accompagnons les entreprises qui valorisent leur capital humain à mettre sur pied des actions efficaces en faveur du capital santé de leurs employés.

Comment nous faisons ça ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

On en parle ?
 Contactez nous.
Vous souhaitez aller plus loin sur le sujet du stress ? Nous vous offrons notre ebook.

Comment aider ses employés à améliorer leur sommeil ?

Vous êtes manager ou responsable Ressources Humaines et vous voudriez que vos employés soient en bonne santé, productifs et motivés au travail ? Nous avons un bon conseil à vous donner : faites en sorte qu’ils dorment mieux !

Environ 40% des individus dorment moins que la quantité de sommeil recommandée, ce qui peut entraîner une mauvaise performance au travail et un bien-être général moindre.

Le sommeil renforce le système immunitaire et aide le corps à se régénérer. De multiples études montrent que le sommeil impacte positivement l’apprentissage, la concentration, la capacité d’attention, la créativité…

Si vous ne dormez pas suffisamment, votre corps va s’affaiblir. Manque d’énergie, de concentration tout au long de la journée, mauvaise humeur sont autant de signes d’un sommeil insuffisant. Les adultes qui ne dorment pas assez sont plus susceptibles de déclarer des symptômes de stress.

Alors, invitez vos équipes à se reposer !

Les troubles de sommeil coûtent 63 milliards de dollars en perte de productivité aux entreprises américaines

améliorer le sommeil des employés

Limitez les heures de travail

Les employés veulent faire de leur mieux – ils restent donc souvent connectés en dehors des heures de travail habituelles, ce qui se fait au détriment de leur sommeil.

Établissez des règles qui interdisent de travailler après un certain temps – en particulier pour les personnes dont les emplois ont un impact sur la sécurité publique, comme le personnel médical, les chauffeurs de camion ou pilotes de ligne.

Interdit de rester au bureau après 21h !

limiter heures de travail pour bien-être des salariés

Favorisez la marche à pied

Une promenade de 30 minutes dans la matinée est l’une des meilleures façons de passer une bonne nuit de sommeil. La lumière aide à réguler l’horloge corporelle et libère de la sérotonine stimulant l’humeur, ce qui rend les employés bien reposés.

Planifiez des réunions en marchant. Encouragez les travailleurs postés à rester actifs pendant leurs pauses, même lorsque le soleil se couche.

Plutôt que des emails, encouragez vos employés à se parler, ils marcheront plus !

Et si on faisait nos réunions en marchant ?

Marcher pour bien dormir

Créez un environnement de travail propice

Aidez vos employés à rester vigilants pendant la journée en ajoutant des éléments à votre lieu de travail conçus pour augmenter leur énergie.

Pensez couleurs de peinture, meubles confortables, affiches inspirantes et même éclairage de bureau.

La recherche montre par exemple que les lumières blanches et bleu peuvent améliorer la vigilance, la performance et le bien-être.

Allez, on repense le mobilier de notre bureau !

environnement de travail propice bien-être

Encouragez la flexibilité au niveau horaires

Un sondage montre que 53% des organisations créent des changements d’organisation qui entraînent des troubles du sommeil.

Si c’est possible, permettez à vos employés de travailler à la maison ou à des horaires souples afin d’éviter les longs déplacements, d’équilibrer leurs tâches quotidiennes et de dormir selon leurs propres rythmes.

1 jour / semaine en télé-travail, c’est parti ?

télé travail

Organisez un “défi sommeil”

Qui n’aime pas les petites compétitions ? Les employés peuvent utiliser une application ou un appareil pour suivre leur sommeil ou signaler eux-mêmes le nombre d’heures qu’ils ont dormies chaque nuit.

Demandez-leur de faire un bilan sur la qualité de leur sommeil (vous pouvez utiliser nos outils de bilan bien-être pour cela) – et de partager leurs «meilleures pratiques» pour obtenir un sommeil de meilleure qualité.

sommeil employés amélioration bien-être

 

Essayez la sieste en entreprise

Si nombre d’employés en rêvent, le sujet de la sieste en entreprise reste tabou. Pourtant, les bénéfices sont réels !

Malheureusement, cette pratique n’est culturellement pas admise en France alors qu’elle est pratiquée au Japon, en Chine ou en Espagne. Le besoin de repos est encore perçu comme de la fainéantise. Et pourtant, selon la NASA, 20 minutes de sieste amélioreraient de 35% la productivité au travail.

Certaines entreprises s’y sont mises, c’est le cas de Renault par exemple. Dans son site de Plessis-Robinson, les salariés peuvent accéder aux sept cabines dédiées à la sieste (entre dix et vingt minutes). La fréquentation du lieu est passée de 40 à 60 personnes par jour, avec des pics de fréquentation situés entre 11 et 15h.

Voici un exemple d’entreprises qui sauront vous aider à mettre en place la sieste dans votre entreprise : Bar à sieste, Nap and up ou The Nap Concept

Selon la NASA, 20 minutes de sieste amélioreraient de 35% la productivité au travail.

sieste en entreprise


Nous accompagnons les entreprises qui valorisent leur capital humain à mettre sur pied des actions efficaces en faveur du capital santé de leurs employés.

Comment nous faisons ça ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

On en parle ?
 Contactez nous.

Vous souhaitez aller plus loin sur le thème du sommeil ? Nous vous offrons notre ebook.

Pourquoi nous lançons une offre pour la santé et le bien-être des salariés avec goalmap

« Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas au bilan de l’entreprise : sa réputation et ses hommes. »

Depuis quelques mois, nous développons avec goalmap une offre entreprise. Notre mission : aider les entreprises à préserver le capital santé de leurs employés. Notre credo : des employés en forme, des entreprises qui performent.

Nous accompagnons ainsi les entreprises qui valorisent leur capital humain à mettre sur pied des actions efficaces en faveur du capital santé de leurs employés. Nos programmes bien-être combinent diagnostics en ligne, coaching digital et interventions humaines pour une efficacité optimale.

Sommaire

Comment marchent nos programmes pour le bien-être des salariés ?

  1. Un bilan bien-être en ligne
  2. Du coaching digital
  3. Des activités bien-être adaptées à votre entreprise et vos collaborateurs

Pourquoi cette offre pour la préservation du capital santé en entreprise ?

  1. L’entreprise est un lieu de prévention naturel
  2. Le capital santé des salariés est devenu un enjeu stratégique pour le DRH

Pourquoi le bien-être et le développement personnel ?

  1. Par notre éducation, nous avons baigné dans un milieu familial propice au développement personnel.
  2. Parce que nous avons des données très utiles sur les leviers de motivation et ce qui pousse les individus à mettre en place de bonnes habitudes
  3. Parce que le « problème » qui nous a poussé à inventer goalmap était le manque d’équilibre entre vies professionnelle et personnelle et la difficulté de gérer ses objectifs personnels.

 

Comment marchent nos programmes pour le bien-être des salariés ?

1/ Un bilan bien-être en ligne

Grâce à notre bilan bien-être en ligne envoyé à chaque employé, les managers / RH peuvent prendre le pouls de la santé de leurs équipes.

Suite à notre questionnaire en ligne développé sous contrôle médical (qui couvre les thématiques suivantes : activité physique, sédentarité, gestion du stress, sommeil et alimentation), chaque salarié reçoit son bilan bien-être individuel avec des recommandations d’objectifs personnalisées.

bilan bien-être des salariés

Nous agrégeons les données qui sont 100% anonymes pour présenter un bilan collectif à l’entreprise et imaginer un plan d’action adapté de politique bien-être.

extrait du bilan santé des employés par goalmap

extrait du bilan santé des employés par goalmap

extrait bilan bien-être salarié goalmap

2/ Du coaching digital

Une fois le bilan effectué, chaque salarié a accès à un coach dans sa poche qui va l’aider à mettre en place de bonnes habitudes. Grâce à notre application mobile, les collaborateurs sont accompagnés au quotidien avec des conseils de qualité. Avec 130 000 utilisateurs et 4,4/5 de moyenne sur +2 000 notes, goalmap est l’appli #1 de coaching bien-être et développement personnel en France.

Nous proposons un large choix de programmes numériques d’accompagnement au changement de comportement : gestion du stress, alimentation saine, amélioration de la productivité, lutte contre la sédentarité, prévention des risques psychosociaux…

Nos programmes de coaching multimédia aident les salariés à mettre en place de bonnes habitudes, où qu’ils soient, quels que soient leurs objectifs et leur niveau de départ.

Programmes de coaching bien-être pour les salariés

Ces programmes peuvent être accessibles sur l’application goalmap, le réseau social de l’entreprise ou sa plateforme d’e-learning.

3/ Des activités bien-être adaptées à votre entreprise et vos collaborateurs

Parce que nous sommes persuadés que c’est le mix entre coaching numérique et accompagnement physique qui permet les meilleurs résultats, nous proposons avec l’aide de nos prestataires des activités bien-être :

  • Ateliers: yoga, méditation, pilates, sophrologie, etc.
  • Conférences: Gestion du stress et des émotions au travail ; Sommeil, performance et bien-être ; L’art de tenir ses résolutions ; Mieux gérer son temps : mode d’emploi…

programmes santé au travail de goalmap

Grâce à notre bilan bien-être, nous proposons des activités adaptées à votre entreprise et au profil de vos employés. Nos intervenants sont sélectionnés avec soin. Les employés peuvent ensuite retrouver sur leur appli les thèmes abordés en conférences ou en ateliers.

Pourquoi cette offre pour la préservation du capital santé en entreprise ?

L’entreprise est un lieu de prévention naturel

Tout simplement parce que nous y passons la majorité de notre temps ! Est-ce le rôle de l’entreprise de s’occuper du capital santé des salariés ? Nous vous répondons 100 fois oui !

Et nous ne sommes pas seuls : 80% des salariés français attendent que leur entreprise joue un rôle pour leur bien-être, la politique bien-être de l’entreprise devient le 3ème critère d’attraction et de fidélisation des salariés et l’équilibre entre vies personnelle et professionnel est un totem pour les nouvelles générations.

Le capital santé des salariés est devenu un enjeu stratégique pour le DRH

Absentéisme, turnover, marque employeur…, il est de plus en plus perçu comme un levier de performance. Alors que 2 salariés sur 10 se disent proches du burn-out et que le mal-être au travail coûterait 13 500€/an/employé aux entreprises françaises, il est urgent pour les entreprises d’investir dans le bien-être de leurs salariés.

Car l’investissement dans le bien-être de ses salariés est un investissement rentable. Selon l’Agence de la Santé Publique du Canada, 1€ investi, c’est 2 à 4€ de retour.

Nous avons la conviction que l’entreprise doit pouvoir offrir à ses salariés un moyen d’évaluer leur niveau bien-être, et mettre à leur disposition des programmes de coaching et d’accompagnement au changement.

Alors, évidemment, l’individu est aussi en capacité d’agir sur son bien-être par la mise en place de bonnes habitudes dans son quotidien. C’est pourquoi nous proposons ce mix de solutions individuelles et collectives.

Nous sommes également persuadés que le véritable changement sur le long-terme sera possible par un mix de solutions de coaching numériques et physiques. Là où le numérique permet la personnalisation et la diffusion auprès du plus grand nombre, le coaching physique permet, lui, de créer du lien humain, de l’engagement dans l’entreprise et reste un facteur de motivation essentiel.

Bien sûr, on entend d’ici les potentielles critiques. Une politique bien-être uniquement axée sur le capital santé, qui oublie le mode de management, la culture de l’entreprise ou l’organisation n’aura pas d’effets de long-terme. Ce n’est pas parce que je fais du yoga dans ma boîte que je résous le problème de mon manager qui me fout la trouille…Mais nous sommes persuadés que c’est un des axes forts sur lesquels les entreprises vont devoir travailler dans les années qui viennent pour améliorer l’expérience employé et améliorer leur marque employeur.

Pourquoi le bien-être et le développement personnel ?

Nous ne sommes pas d’anciens DRH, notre métier depuis que nous avons lancé l’application mobile goalmap c’est le développement personnel, le bien-être, l’accompagnement au changement de comportement.

Par notre éducation, nous avons baigné dans un milieu familial propice au développement personnel.

A la base nous avons créé goalmap parce que le bien-être et le développement personnel font partie de l’ADN familial. Notre mère écrivait des livres sur l’alimentation bio dans les années 90 et notre père enseignait le yoga dans les années 80 en parallèle de son métier d’ingénieur. Ils avaient un temps d’avance sur les vagues « healthy » qui sont arrivées il y a quelques années en France. Nous sommes là par passion, plus que par opportunisme, et souhaitons transmettre ce que nous avons appris au plus grand nombre.

Parce que nous avons des données très utiles sur les leviers de motivation et ce qui pousse les individus à mettre en place de bonnes habitudes

Depuis deux ans que nous avons sorti l’application goalmap, nous avons collecté des millions de données qui nous aident à comprendre les secrets de la gestion d’objectifs, les leviers de motivation les plus efficaces. Notre application a été téléchargée 140.000 fois : cela représente 600.000 objectifs fixés et 3.000.000 d’activités renseignées. Avec goalmap, nous avons aidé des milliers de personnes à atteindre leurs objectifs.

Parce que le « problème » qui nous a poussé à inventer goalmap était le manque d’équilibre entre vies professionnelle et personnelle et la difficulté de gérer ses objectifs personnels.

En effet, j’ai commencé ma carrière à Londres dans une grande banque d’affaires. Là-bas, j’ai été frappé par le manque d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle de mes collègues. Jour après jour, des individus dynamiques étaient comme lobotomisés: l’intello cultivée ne lisait plus que le Financial Times, le marathonien prenait du gras à force de dîners engloutis devant son écran d’ordinateur, et celui qui jouait avant dans un groupe de rock voyait sa guitare prendre la poussière jour après jour.

Je ne voulais pas m’égarer et perdre de vue mes passions. J’ai commencé à développer un fichier Excel qui me permettait de gérer ses objectifs. goalmap était né ! Certaines personnes s’y sont intéressé, et nous avons travaillé pour en faire une application mobile et proposer ainsi une méthode innovante de développement personnel.

Au-delà de l’opportunité de marché, nous avons chez goalmap la conviction profonde que l’entreprise doit contribuer au bien-être de ses salariés.


Vous voulez en savoir plus sur nos programmes santé / bien-être en entreprise ? Contactez nous : damien(at)goalmap(.)com

2018 : année de l’expérience employé ?

 « Take care of your employees and they will take care of your business. »

Ce vieil adage encourage les employeurs à prendre soin de leurs employés afin que leurs employés puissent prendre soin de leur entreprise à leur tour. Si cette croyance est prêchée depuis des décennies, peu d’employeurs ont pris ce conseil à cœur… jusqu’à maintenant.

Car l’ensemble des preuves démontrant de solides gains financiers et non financiers découlant de l’investissement dans les employés continue de croître. 2018 sera un point de basculement et deviendra l’année de l’expérience employé.

Pour que cela soit une réalité, les employeurs doivent comprendre que l’expérience employé est plus complexe que des avantages comme les paniers de fruits et légumes ou la bière gratuite le vendredi après-midi. L’expérience employé comprend les trois environnements qui comptent le plus pour les employés : culturel (la culture de l’entreprise), technologique (l’ensemble des outils utilisés par l’employé) et physique (l’architecture des locaux).

  • L’environnement culturel est la personnalité d’une entreprise, c’est l’ambiance sur le lieu de travail.
  • L’environnement technologique d’une organisation fait référence aux outils utilisés par les employés (les technologies modernes et bien conçues facilitent évidemment l’atteinte des objectifs professionnels).
  • L’espace de travail physique comprend des éléments tangibles tels que le mobilier de bureau, les restaurants d’entreprise, les salles de sport, etc. Les employés passent une grande partie de leur vie au bureau, l’espace dans lequel ils travaillent peut avoir un impact incroyable sur leur expérience globale.

 

livre de Jacob Morgan The employee experience advantage

 

Comme le montre le graphique ci-dessous issu du livre de Jacob Morgan The employee experience advantage, les entreprises qui investissent dans ces trois environnements surpassent les entreprises qui ne mettent pas en place un certain nombre de mesures clés.

les entreprises qui investissent dans ces trois environnements surpassent les entreprises qui ne mettent pas en place un certain nombre de mesures clés

 

L’expérience employé au moins aussi importante que l’expérience client

L’expérience client peut être un concept étranger pour les professionnels des ressources humaines qui cherchent à investir dans leurs employés. Et pourtant, c’est un concept qui leur serait bien utile pour convaincre les autres départements de l’utilité de programmes pour le bien-être des collaborateurs. Il est beaucoup plus aisé de vendre un programme bien-être à votre manager avec des chiffres et un ROI clairs.

Selon Gartner, plus de 90% des entreprises sont en concurrence principalement sur la base de l’expérience client. Les entreprises ont tendance à penser aux clients parce que ceux-ci génèrent des revenus et des profits pour l’organisation.

Les données ci-dessus prouvent que l’expérience employé est au moins aussi importante que l’expérience client, mais le lien n’est pas aussi clair dans la tête des gens (ce sont les clients qui paient les factures, pas les employés).

L’expérience employé, c’est quoi ?

Si l’expérience client est la somme de toutes les interactions d’un client avec une entreprise, l’expérience employé est la somme de tout ce qu’un employé éprouve tout au long de son lien avec l’entreprise. Cela inclut toutes les interactions de l’employé, depuis le premier contact en tant que recrue potentielle jusqu’à la dernière interaction à la fin de l’emploi. Étant donné que la plupart des entreprises sont guidées par des key metrics, le soutien aux investissements dans l’expérience employé en 2018 dépendra, entre autres, des objectifs opérationnels de l’entreprise.

Les récompenses ​​”Best places to work”

Si les résultats financiers ne suffisent pas à convaincre vos interlocuteurs, peut-être que les récompenses et présences dans les classements persuaderont les plus réticents ? Les entreprises qui investissent dans leur expérience employé sont :

  • 11,5 fois plus souvent incluses dans les entreprises où il fait bon travailler de Glassdoor (Best Places to Work)
  • 4 fois plus souvent parmi les employeurs les plus recherchés de LinkedIn en Amérique du Nord (North America’s Most In-Demand Employers)
  • 28 fois plus souvent répertoriées parmi les entreprises les plus innovantes de Fast Company
  • 2,1 fois plus souvent répertoriées parmi les entreprises les plus innovantes du monde de Forbes (World’s Most Innovative Companies)

Figurer sur ces listes a des impacts considérables pour l’entreprise, qui vont bien au-delà de la qualité de vie au travail : plus de recrutements, attraction des meilleurs talents, et meilleure fidélisation / rétention des employés. Tout cela améliore évidemment les key metrics de l’entreprise.

Alors, 2018 : année de l’expérience employé dans votre entreprise également ?


Chez Goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Nous accompagnons les entreprises dans l’évaluation, la promotion et l’amélioration du bien-être des salariés. Comment ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

Equipe goalmap frères Catani

On en parle ?
 Contactez nous.

Vous souhaitez lire d’autres articles sur le bien-être au travail ? En voilà un sur l’importance de prendre des pauses au bureau, un autre sur la sédentarité au bureau et un dernier qui traite du stress au travail.

Non, les employés de bureau ne veulent pas rester assis toute la journée

Une nouvelle étude publiée dans BMC Research Notes est la “première à étudier combien de temps les employés de bureau veulent réellement s’asseoir, se tenir debout, marcher et être physiquement actifs”, selon Birgit Sperlich, de l’Université Allemande du Sport de Cologne.

Au cours de 614 entretiens réalisés avec des employés de bureau, ces derniers ont déclaré :

  • être assis 73% du temps ;
  • être debout 10% ;
  • marcher 13% et
  • effectuer des tâches physiquement exigeantes pendant 4% de leurs heures de travail.

 

niveau de sédentarité employés de bureau

Lorsqu’on leur demande comment ils préfèreraient passer leur temps au travail, les résultats sont bien différents. Les employés des bureaux souhaiteraient :

  • être assis à leur poste 54% du temps ;
  • se tenir debout à 16% ;
  • marcher 23% ; et
  • réaliser des tâches physiquement exigeantes 8% de leur temps de travail.

 

la sédentarité en entreprise n'est pas une fatalité

Le plus grand écart (en valeur absolue) entre la réalité et les souhaits des employés concerne donc le temps passé assis et le temps passé à marcher.*

*Il est important de noter que l’étude est limitée à un petit échantillon et ne comprend que des employés allemands, il sera important d’effectuer des recherches supplémentaires pour élargir l’impact des conclusions.

Messieurs & mesdames les managers, vous pouvez créer les conditions d’un mode de vie plus actif au travail

Les employeurs ne doivent plus agir comme si leurs employés ne voulaient pas être plus actifs, surtout au travail. L’idée largement répandue que nos modes de vie sédentaires sont liés seulement à un manque de motivation et d’éducation est fausse. Les employeurs peuvent –doivent ?– également créer les conditions d’un mode de vie plus actif au travail.

Un nombre croissant d’employeurs investissent désormais dans les espaces physiques qui constituent un élément clef de l’expérience bien-être d’un employé.

Bureaux debout, treadmill desks, swiss balls, managers encourageant les walking meetings ou réunions en marchant, etc. : il existe de nombreux moyens faciles et peu coûteux de promouvoir l’activité sur le lieu de travail. Ces initiatives peuvent contribuer grandement à améliorer la santé des employés et à créer un environnement de travail aligné avec les aspirations des employés.

Lutte contre la sédentarité en entreprise

La lutte contre la sédentarité : nouveau cheval de bataille des programmes santé en entreprise ?

La sédentarité est « le mal du siècle », selon l’O.M.S. : elle correspond à une activité physique faible ou nulle avec une dépense énergétique proche de zéro.

Les niveaux actuels de sédentarité sont en partie dus à un manque de pratique de l’exercice physique pendant les temps de loisirs mais pas uniquement : l’O.M.S. constate également une augmentation des comportements sédentaires au cours des activités professionnelles et domestiques.

Maux de dos, diabète, maladies cardiaques : la liste des risques liés à une posture assise maintenue trop longtemps fait froid dans le dos. « Sitting is the new smoking » disent les Anglo-Saxons. Selon une étude réalisée par Archives of Internal Medicine, passer dix ans assis six heures par jour peut coûter sept ans d’espérance de vie et augmente le risque de maladie cardiaque de 63%.

Dix ans assis six heures par jour : c’est assez commun pour un employé de bureau ! Avec GOALMAP, dans les bilans bien-être que nous réalisons pour les entreprises, nous constatons régulièrement des niveaux de sédentarité très élevés, aussi bien au travail qu’en dehors du travail. Il est donc crucial de tirer la sonnette d’alarme.

Heureusement, la sédentarité n’est pas une fatalité. Il est en effet possible d’organiser notre quotidien et de modifier certaines habitudes, au travail et en dehors.

Exemples d’actions simples pour être moins sédentaire au travail

Voici par exemple quelques idées d’actions simples que chacun peut mettre en place dans le cadre du travail :

  • adopter une bonne posture, dos droit, dossier droit, écran à hauteur des yeux ;
  • travailler debout quand c’est possible pour alterner avec les phases assises ;
  • se ménager des pauses régulières, par exemple deux minutes toutes les 45 minutes, et en profiter pour marcher un peu ;
  • parler avec ses collègues plutôt que d’envoyer un email (Atos avait institué le « Jour sans email » le vendredi, une belle initiative pour inciter les gens à se rencontrer) ;
  • faire ses réunions debout ou en marchant ;
  • faire une petite promenade digestive après le déjeuner ;
  • prendre ses appels debout.

techniques pour être plus actif au quotidien

Ces petites choses que l’on peut faire peuvent avoir un gros impact positif lorsqu’elles sont mises à bout à bout. 


Si vous souhaitez évaluer le niveau de sédentarité de vos employés et mettre en place des actions pour un mode de vie plus actif dans votre entreprise, consultez notre site internet.

Chez goalmap, nous aidons les entreprises à mettre sur pied des actions efficaces en faveur du capital santé de leurs employés. Nos programmes bien-être combinent coaching digital et interventions humaines pour une efficacité optimale. Contactez-nous si vous souhaitez en savoir plus, nous répondons dans les 24h.

Vous souhaiter lire un autre article sur la sédentarité ? En voici un ;) Nous écrivons aussi sur le stress des employés

Mettre en place des routines bien-être avec Mon Moment Magique

Comment apprendre à prendre soin de soi ? Comment s’offrir des pauses de bien-être dans une vie quotidienne bien remplie ? Comment mettre en place une routine bien-être le matin ?

Rituels bien-être, gestion des émotions, détente, confiance en soi, Miracle Morning, bonheur, développement personnel… Juliette Siozac, fondatrice de Mon Moment Magique, nous parle un peu de tout ça dans ce super interview !

Après 11 ans d’une vie professionnelle intense en agences de communication, Juliette Siozac a opté pour une reconversion totale en créant le concept original et novateur qu’est Mon Moment Magique. Et elle a eu bien raison ! Aujourd’hui le concept cartonne avec des ambassadeurs dans toute la France. Juliette, on l’adore : son dynamisme, son engouement, sa joie de vivre sont contagieux !

juliette siozac interview goalmap mon moment magique

Salut Juliette ! Peux-tu nous expliquer ce qu’est Mon Moment Magique ?

Mon Moment Magique est un concept d’ateliers bien-être qui a pour ambition d’éveiller les enfants de manière ludique au développement personnel. Ils découvrent des pratiques bien-être pour apprendre à prendre soin d’eux, gérer leurs émotions, avoir confiance en eux, être des enfants heureux et donc demain des adultes heureux.

J’ai d’abord lancé les ateliers sur Aix-en-Provence en 2015, puis j’ai créé une communauté d’ambassadrices et d’ambassadeurs, ils sont à ce jour 170 à proposer Mon Moment Magique dans 7 pays !

J’ai aussi rapidement décliné ces ateliers en une version pour les femmes.

image juliette siozac et enfants atelier mon moment magique

Comment t’est venue l’idée de monter ce projet ? Quel est ton parcours ?

L’idée est venue directement de mon parcours personnel. Après 11 ans de vie intense dans la communication, j’ai fait une longue pause pour me centrer sur moi, suite à un divorce. Je suis alors tombée dans la marmite du développement personnel, j’y ai entrainé ma grande fille avec moi, j’ai trouvé l’effet absolument magique sur nous 2. J’ai fait le lien avec mes années d’animation en colonies de vacances et centres aérés, j’ai intégré mes nouvelles convictions, mes pratiques bien-être quasi quotidiennes et j’ai imaginé le concept Mon Moment Magique.

mon moment magique goalmap bien-être

 

Quels sont tes projets pour la suite de l’aventure ?

J’en ai des tonnes ! Tout d’abord, j’anime avec entrain et joie de vivre ma communauté d’ambassadrices et d’ambassadeurs qui s’agrandit chaque jour.

Ensuite, je travaille beaucoup dans la co-création avec ma communauté, depuis cette rentrée nous proposons des ateliers pour les tout petits (4/5 ans), les ados, en duo (1 parent + 1 enfant). Pour la rentrée prochaine, nous allons travailler sur des ateliers dans les écoles, en entreprise, en couple et pour les enfants malades dans les hôpitaux.

Je travaille également sur un jeu de cartes pour les enfants, une sorte d’oracle auquel on pourra jouer seul ou en mode « 7 familles », en collaboration avec 1 amie auteure et 2 illustrateurs magiques.

Et j’ai aussi des projets super secrets ;-)

Quelle est ta routine matinale à toi ?

Je prends systématiquement le temps de bien m’étirer, je bois un jus de citron, j’enchaîne une série de salutations au soleil, et pour finir je pose une intention pour ma journée.

Quels sont tes conseils pour entretenir une routine matinale ?

Accepter qu’elle évolue avec le temps, et ne pas se mettre la pression si un matin on préfère rester au lit (mais pas 2 matins de suite !).

Quelles sont tes astuces pour avoir une vie plus zen, plus épanouie ?

Vivre le job de mes rêves. Prendre soin de moi. M’offrir des mini pauses quand je peux. Faire du sport 2 fois par semaine. Veiller sur mon sommeil (et presque y arriver !), et surtout sur mon alimentation. Faire des câlins à mes enfants. Et pratiquer la gratitude le plus possible.

Parlons motivation. Quels conseils donnes-tu à tes ambassadeurs / ambassadrices quand ils perdent leur motivation ?

Je leur dis que c’est ok, qu’ils vont y arriver, qu’ils ont peut être besoin de temps, de se poser, de prendre soin d’eux, qu’il est important d’être indulgent, doux et bienveillant avec soi-même. J’ajoute que c’est capital d’avoir confiance en soi, d’avoir confiance en l’univers surtout, car l’univers fait toujours bien son job.

Et je leur montre que quand on le veut vraiment, on finit toujours par réussir, quitte à avoir pris un autre chemin et peut être un peu plus de temps !

Quels sont tes objectifs sur goalmap ?

Dormir suffisamment et méditer !

Quelles étaient tes bonnes résolutions pour 2017 ? Où en es-tu ?

Equilibrer ma vie sous toutes ses facettes, j’en suis à 200% de réussite ;-)

Pour rejoindre la communauté Mon Moment Magique, c’est par ici:

 

Dans le cadre de notre offre entreprise, Juliette intervient en entreprise pour parler de routines bien-être. Si cela vous intéresse pour votre entreprise, n’hésitez pas à nous contacter !

Juliette soziac conférence routine bien-être

 


Pour mettre en place de bonnes habitudes et vous motiver à atteindre vos objectifs, vous pouvez télécharger l’application goalmap gratuitement. Notre ambition est de vous aider à devenir la meilleure version de vous-même. 110 000 personnes poursuivent leurs objectifs sur goalmap, rejoignez la 1ère appli française de développement personnel !

application goalmap app store

goalmap application play store

Appli développement personnel en français

Le Multitasking ou l’Art Subtil de Faire Tout N’importe Comment

Cela vous est-il déjà arrivé de répondre à vos mails pendant un rendez-vous ? D’apporter votre ordinateur en conférence et faire semblant de prendre des notes pour surfer sur le net ? De répondre au téléphone pendant que vous conduisez ? D’écrire un texto pendant que vous lisez ? D’interrompre une tâche en cours pour consulter compulsivement votre smartphone à la moindre notification ? Alors, vous aussi vous êtes un multi-tasker. Si tant de personnes se disent fatiguées par leur travail, voire proches du burn-out, ce n’est pas exclusivement à cause du volume horaire, mais bien parce que nous passons notre journée à jongler sans relâche entre plusieurs activités. Décryptage.

Si ce n’est pas déjà fait, téléchargez goalmap pour vous fixer des objectifs et les atteindre ! Notre appli vous aidera à définir, suivre et réaliser tous vos objectifs personnels. Des milliers de personnes se sont déjà fixées des objectifs sur goalmap, rejoignez-nous !

goalmap application play store

application goalmap app store