Souffrance au travail : l’interview de Sylvie Simon

Sylvie Simon est facilitatrice QVT et thérapeute spécialisée dans l’accompagnement des personnes en mal-être et en souffrance au travail. Elle a gentiment accepté de répondre à nos questions sur le stress au travail et la prévention des risques psychosociaux en entreprise. C’est parti !

Sylvie-Simon stress au travail

Pourquoi selon vous les entreprises ont un rôle à jouer dans le bien-être de leurs salariés ?

Les salariés heureux au travail sont 2 fois moins malades et 6 fois moins absents

Il me paraît évident que les entreprises qui vont prendre en compte de façon réelle et sérieuse le bien-être de leurs salariés, seront celles qui sur le long terme réussiront le mieux. Il est primordial qu’elles misent avant tout sur un management qui prône la bienveillance et l’assertivité.

Trop souvent on constate un manque d’explication (ou même souvent une absence) de la vision de l’entreprise. Salariés, Management et Direction sont dans le même bateau et le cap doit être connu et surtout avoir obtenu l’adhésion du plus grand nombre.

Les entreprises doivent veiller au bien-être psychologique des salariés. Sentiment d’appartenance, de reconnaissance, trouver du sens dans leur travail, avoir de l’autonomie, etc. sont des sources essentielles de motivation et d’implication avec des conséquences directes sur l’efficacité, la rentabilité (baisse de turnover, diminution des arrêts maladie) et l’attractivité de l’entreprise.

Selon une étude menée par Harvard et le MIT, un salarié heureux au travail est 31% plus productif. Les salariés heureux sont également 2 fois moins malades, 6 fois moins absents, 9 fois plus loyaux et 55 % plus créatifs. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Rajoutons à cela que la pérennité des entreprises peut également être à terme touchée puisque tous secteurs confondus l’an dernier en France, le désengagement salarial a entraîné une perte de 25 % de la Valeur Ajoutée des entreprises.

Souffrance au travail : quelle est l’ampleur du phénomène en France ? 

Selon une étude du cabinet Stimulus parue en 2017*, 24% des salariés français se disent en hyperstress.

  • Les femmes sont plus touchées que les hommes (respectivement 28% et 26% de salariés en hyperstress et 46% et 55% avec peu de stress).
  • Les “40–50 ans” et les “plus de 50 ans” sont les plus touchés par le stress (avec respectivement 27% et 26% d’hyperstress). Ce sont là que l’on trouve les cas les plus fréquents de burn-out ou de suicides au travail. On note que les “moins de 30 ans” sont moins stressés (20% d’hyperstress).
  • L’étude de Stimulus révèle aussi un niveau élevé d’anxiété au travail, qui touche 52 % des salariés français. Des manifestations dépressives ont également été relevées, avec 29 % qui présentent même un niveau dépressif élevé et 6% en dépression avérée.

* Observatoire Stress (novembre 2017) Stimulus réalisé auprès de plus de 32 000 salariés travaillant dans 39 entreprises.

Quelques chiffres sur le burnout

80% des personnes qui feront un burnout ne retourneront pas à leur poste dans leur entreprise

Rappelons que le burnout se traduit par un “épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel“.

Concernant le burnout en France, 3,2 millions de Français seraient exposés à un risque élevé de burnout, selon la proposition de loi de Benoît Hamon, elle-même basée sur une étude du cabinet Technologia (mai 2014). Selon l’Anact, 1 actif sur 9 serait en situation de pré ou de burnout

Autre chiffre qui doit faire réfléchir les entreprises et les inciter coûte que coûte à prévenir et savoir identifier le burnout : 80% des personnes qui feront un burnout ne retourneront pas à leur poste dans leur entreprise.

Quelle est la part des absences dues au stress en France ?

Selon l’INRS, le stress coûte entre 0.8 et 1.6 milliards d’euros par an, en France.

Le coût de l’absentéisme dû au mal-être est de 3 500 euros par salarié et par an, soit 7% de la masse salariale en France.

Selon une étude de l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), le stress coûte entre 0.8 et 1.6 milliards d’euros par an, en France. 71% des entreprises françaises se disent préoccupées. Pourtant, 65 % des DRH n’ont, à ce jour, mis aucun dispositif en place permettant d’enrayer ou d’anticiper cette réalité.

Quel lien entre gestion du stress et des émotions au travail et efficacité professionnelle ?

Les émotions sont le baromètre de notre état intérieur. Elles nous renseignent sur le fait que ce que nous vivons est en cohérence avec nos aspirations et valeurs personnelles.

Lorsque celles-ci sont désagréables, cela va générer un état de tension, de stress dans tout le corps… Elles sont des signes qu’il faut absolument écouter afin de pouvoir rectifier nos attitudes, comportements et choix face à une situation faute de quoi le mal-être, dépression et burnout vont pouvoir s’installer. Une personne à l’écoute de ses émotions va pouvoir être en accord avec son environnement de travail, faire les choix appropriés pour elle. Elle va être plus détendue, va avoir un niveau d‘énergie plus important, donc être plus perméable voire résistante au stress.

Elle sera également dans un état d’esprit d’ouverture et ainsi plus à même de s’investir et de s’organiser efficacement dans son travail.

On parle beaucoup en ce moment de la cohérence cardiaque. En quoi cette méthode est-elle efficace dans la gestion de son stress ?

La respiration est l’outil anti-stress par excellence (…) 5 minutes de pratique entraînent une réduction du taux de l’hormone de stress, appelée cortisol, pendant environ 5 heures

La respiration est l’outil anti-stress par excellence. Naturel et disponible 24h/24, cela permet déjà de faire baisser de nombreuses tensions internes au corps.

La cohérence cardiaque est basée sur la respiration et le rythme cardiaque. Elle permet par une maîtrise de sa respiration (des inspirations et des expirations sur un rythme donné et lent) d’arriver à un état de cohérence cardiaque c’est à dire que le cœur et nos émotions se mettent en harmonie : petit à petit on se calme, on se sent détendu et serein, on apprend à gérer son stress.

C’est un outil que je préconise très régulièrement auprès de mes clients les plus impactés par le stress et les différentes tensions. En effet, 5 minutes de pratique entraînent une réduction du taux de l’hormone de stress, appelée cortisol, pendant environ 5 heures. On recommande donc de faire des exercices de respiration cardiaque 3 fois par jour. D’où l’importance de faire des pauses régulières pendant la journée.

Je vous propose de tester ces bienfaits avec cet exercice en vidéo disponible sur ma chaîne Youtube :

Il existe également des applications gratuites sur Android (par exemple Ma cohérence cardiaque) ou sur iPhone (Respirelax) à télécharger pour pratiquer de partout.

Nous avons à notre disposition de nombreuses techniques pour gérer de façon autonome le stress du quotidien. Il est essentiel que chacun prenne son bien-être et sa santé en main et incite les instances concernées dans l’entreprise à mettre en place une véritable stratégie liée à la QVT pour prévenir les risques psychosociaux. Pour ma part, j’anime régulièrement des conférences de sensibilisation sur le stress au travail, des ateliers ou des formations en entreprise sur ces sujets.

 


Pour en savoir plus sur Sylvie Simon et ses formations / conférences sur la gestion du stress en entreprise, vous pouvez vous rendre sur son site. Vous pouvez également retrouver des articles sur ces sujets sur le très bon blog Santé au travail animé par Marie-Pierre Charpentier auquel Sylvie collabore. 

Chez Goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Comment ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

Améliorer bien-être des salariés

On en parle ? Contactez-nous 

Prendre soin santé des salariés

Prendre des pauses pour gagner du temps ?

Cela peut sembler paradoxal, et pourtant : prendre des pauses vous fera gagner du temps. Parce qu’en prenant des pauses régulières lors de votre journée de travail vous serez plus efficace, plus détendu et plus alerte.

Et oui, il est essentiel de se ménager des pauses régulières entre les plages de travail pour maintenir son attention, par exemple deux minutes toutes les 45 minutes. Profitez-en par exemple pour marcher un peu, histoire de lutter contre les méfaits de la sédentarité (si vous travaillez sur un bureau, voici quelques conseils). Vous offrirez à votre cerveau et à vos yeux une pause bien nécessaire après des heures devant l’écran de l’ordinateur.

Mais au fait, pourquoi les écrans sont mauvais pour votre santé ?

Une position assise sur un bureau face à son ordinateur trop prolongée est mauvaise pour votre santé.

Pour vos yeux :

Les écrans sont associés à un risque accru de fatigue et de sécheresse oculaire. Comme l’explique très bien cet article, face à un écran, nous avons tendance à beaucoup moins cligner des yeux. Par ailleurs, le contraste des caractères est plus fort sur un écran que sur un fond papier, ce qui fatigue vos yeux. Ajoutez à cela un mauvais angle de vue mal par rapport à l’écran, et vous avez le combo gagnant pour épuiser vos yeux.

Il est ainsi conseillé de faire 20 secondes de pause pour les yeux toutes les 20 minutes, en regardant un objet situé au loin. Au bout de deux heures d’utilisation ininterrompue, 15 minutes de pause deviennent nécessaires pour se reposer les yeux. Ce schéma résumé bien quelques conseils pour atténuer la fatigue oculaire.

Conseils travail ordinateur fatigue yeux

Pour votre corps :

La position assise prolongée participe à un phénomène plus global, très inquiétant aujourd’hui : la sédentarité. La sédentarité correspond à une activité physique faible ou nulle avec une dépense énergétique proche de zéro. Selon une étude réalisée par Archives of Internal Medicine, passer dix ans assis six heures par jour peut coûter sept ans d’espérance de vie et augmente le risque de maladie cardiaque de 63%. Dix ans assis six heures par jour, c’est le cas de beaucoup d’entre nous (moi y compris !) qui ont un travail de bureau.

Il est donc essentiel de lutter contre les méfaits de la sédentarité en restant actif dans la journée, y compris au travail. Levez-vous de votre chaise et étirez-vous régulièrement. Profitez de vos pauses pour marcher ! Car attention : faire du sport le soir ne compense qu’en partie l’absence d’activité physique la journée.

Concrètement, rester assis trop longtemps sans bouger peut engendrer de mauvaises tensions dans les muscles de vos hanches et des douleurs dans le bas de votre dos, votre nuque ou vos épaules. Quelques conseils ci-dessous pour bouger plus au bureau ;)

Pour votre cerveau :

Au bureau, notre cerveau est constamment sollicité : par nos collègues, les nouveaux emails, les dossiers qui s’empilent sur la table, les réunions qui s’enchaînent… Cela se traduit par un niveau de stress élevé, qui a un impact négatif sur notre productivité et notre bien-être.

Il est important d’apprendre à mieux gérer votre boîte mail. Selon Evercontact, chaque professionnel reçoit 100 emails par jour. Résultat : en moyenne, un employé vérifie sa boîte email 36 fois par heure et passe 13 heures par semaine à gérer ses emails. Le conseil est donc simple : ne lisez pas vos emails en permanence. Si vous lisez vos emails en continu dès qu’ils arrivent dans votre boîte de réception, vous introduisez des dizaines de micro-interruptions dans votre journée sans jamais atteindre votre rythme de croisière en termes de productivité.

Cette approche s’applique aux emails et à toutes les distractions digitales en général. Règlez vos notifications de manière à ne pas être derangé(e) et ne pas perdre votre rythme. Désinscrivez-vous des newsletters que vous ne regardez plus mais que vous gardes « au cas où ». Ne vous encombrez pas de superflu !

La pause qui s’impose.

Faire des pauses régulières

Les tâches complexes, comme écrire ou planifier une stratégie, requièrent beaucoup d’effort mental. Le cerveau ne peut rester focalisé que pour une durée de temps limité.

Prendre des pauses entre les plages de travail permet de se régénérer et de maintenir son attention. C’est également utile pour rythmer et organiser sa journée de travail. Concentrez-vous sur une seule chose à la fois et sans interruption, si possible avec un objectif clair. Prenez ensuite une pause de 3-5 minutes pour reposer votre cerveau.

Prendre des pauses régulières est bon pour votre productivité. Mais toutes les pauses ne se valent pas.

Pour mesurer les bienfaits des pauses au travail, l’Ecole de Management de Grenoble a réalisé une étude sur 60 salariés. Il était demandé à trois groupes témoins de réaliser une tâche complexe pendant 45 minutes.

Le premier groupe ne bénéficiait d’aucun temps de pause. Les deux autres groupes bénéficiaient d’une pause de 60 secondes tous les quarts d’heure. Mais les pauses étaient différentes : alors qu’un groupe devait écouter un texte, l’autre devait mémoriser le contenu du texte.

Résultat : le groupe qui bénéficiait d’une pause mais devait simplement écouter un texte enregistre un score supérieur de 10% en termes de performance par rapport aux deux autres groupes. Le groupe qui faisait une pause mais devait mémoriser le texte a le même résultat que le groupe qui n’avait pas de pause.

Conclusion : toutes les pauses ne se valent pas. Quand vous êtes en pause, profitez-en pour vous relaxer réellement, laissez votre esprit vagabonder, c’est ce que les chercheurs appellent « l’errance mentale ». Pour cela, la marche (sans téléphone portable) est un excellent exercice.

Profitez de votre pause déjeuner pour vous ressourcer.

La pause déjeuner est une excellente occasion de se ressourcer. Ne mangez pas à votre bureau. Vous n’allez pas apprécier votre repas, et vous allez faire du mauvais travail (ne pas faire deux choses à la fois). Profitez plutôt de ce moment pour recharger vos batteries, prendre l’air, passer un moment social.

La technique Pomodoro ou l’art de mieux gérer son temps.

stress multitasking

Nous sommes constamment dérangés et distraits, par les emails, les notifications de notre téléphone, etc. Comment alors se concentrer pour avancer dans ses projets ? La technique Pomodoro est une méthode très utile pour mieux gérer son temps. Le principe : faire des tirs groupés, ou batches en anglais. Concentrez-vous sur une seule chose à la fois et sans interruption, pendant 30 minutes, puis prenez une pause de 3 minutes pour reposer votre cerveau : mangez une banane, discutez avec vos collègues, faites le tour du pâté de maison, détendez-vous ! Vous serez frais pour repartir du bon pied pour une nouvelle salve de 25-30 minutes, et ainsi de suite !

La durée de 30 minutes est indicative, à vous de moduler pour trouver votre rythme. Si vous vous attaquez à une tâche difficile et que vous êtes dans votre élan, vous pouvez aller jusqu’à 45 minutes voire 1 heure avant de faire une pause. Ce qui importe avant tout, c’est de ne pas interrompre les batches. Voilà une vidéo qui explique bien la technique Pomodoro.

L’art de ne pas être dérangé.

Comment ne pas être dérangé ? Téléphone en mode avion, porte du bureau fermée avec un petit mot s’adressant gentiment à vos collègues, un fond de musique classique : tous les moyens sont bons pour garder votre flow !

Allez, petite pause ?


Vous souhaitez lire d’autres articles sur la la gestion du temps ? En voilà un sur les méfaits du multitasking. Si vous avez aimé nos conseils productivité, vous aimerez notre programme de coaching “Améliorer ma productivité”, disponible sur l’application goalmap.

Chez goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Nous accompagnons les entreprises dans l’évaluation, la promotion et l’amélioration du bien-être des salariés. Comment ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

Equipe goalmap frères Catani