Pourquoi se fixer des objectifs dans la vie ?

Avoir des buts, dans quel but ?

Avoir des objectifs, c’est se mettre en chemin. En visant quelque chose qui n’est pas présent, on engendre une dynamique de transformation de soi, de création d’une vie meilleure.

Les objectifs ont pris un rôle central dans ma vie à un moment difficile où j’avais du mal à me réconcilier avec une situation insatisfaisante. Me fixer des objectifs me permit de porter le regard vers ailleurs, un ailleurs plus souriant. L’espoir naissait. En portant le regard ainsi, on est naturellement entraîné vers ce que l’on regarde, on tourne la tête, on se lève pour mieux voir, le corps se met en mouvement, tendu vers un but, puis sans même s’en apercevoir on avance. De l’intention découle l’action.

Le mécontentement du présent a été mon premier moteur. Mais une fois en route, alors que je faisais la paix avec moi-même, je n’ai pas pour autant arrêté cette démarche. Le moteur n’était plus le mécontentement mais la joie d’être en mouvement. J’avais pris conscience du rôle fondamental que les objectifs peuvent jouer dans la construction de soi, qui est un enjeu perpétuel. Se construire, c’est être vivant.

Trop souvent, nous adoptons une position passive par rapport à ce qui arrive dans nos vies. Nous nous positionnons en quelque sorte comme des victimes. Nous dénigrons certains des aspects de notre existence – notre quartier, notre emploi, notre entourage – sans prendre de mesure, comme si nous essayions de nous convaincre que nous n’y pouvons rien. Car si l’on n’y peut rien, c’est facile, il n’y a rien à faire, sinon à se lamenter sur son sort. Si vous n’êtes pas heureux et que vous pensez que vous n’y pouvez rien, réfléchissez-y à deux fois : pourquoi ne pensez-vous pas pouvoir y faire quoi que ce soit ? Par paresse ? Par peur d’essayer ou d’échouer ? Mais si vous n’essayez pas, vous avez échoué sans même vous donner une chance. N’est-ce pas absurde ?

quote goethe boldness

Se fixer des objectifs, c’est au contraire se responsabiliser, c’est adopter le point de vue que l’on peut agir sur l’existence. C’est ne pas céder à la tentation du simple rejet de soi ou de la situation qui nous enferme dans la médiocrité – car rejeter sans s’approprier, c’est en fait accepter servilement. Avoir des objectifs, c’est s’approprier les choses, s’approprier soi-même, se mettre en mouvement et apprendre à se connaître mieux dans ce mouvement. Avoir des objectifs, c’est éveiller la volonté de travailler parce qu’en travaillant on transforme les choses, on crée une nouvelle réalité.

A chaque fois que vous pensez que vous pouvez ou que vous ne pouvez pas – vous avez raison.” Si Henry Ford est dans le vrai, il est clair qu’il est important de résister aux monologues négatifs, surtout si on s’y est tellement habitué que c’est devenu un réflexe. Avoir des objectifs, c’est se ranger du côté de l’espoir.

On me demande souvent si poursuivre un but n’est pas au fond une fuite en avant. Je vois les choses dans une autre perspective. Avoir des objectifs, ce n’est pas passer d’un point A à un point B. Le but ultime n’est pas d’être arrivé à B. On va peut-être en chemin vouloir faire un détour par C, ou redécouvrir A. Ce n’est pas où nous sommes qui compte, c’est où nous allons. Et ce n’est pas parce que l’on va quelque part que l’on est malheureux là où l’on est. Au contraire, je suis heureux là où je suis car je suis heureux d’aller là où je vais.

Une autre question qui revient parfois est celle de la liberté. Si je me fixe des objectifs et que je m’applique à les suivre, je m’impose en quelque sorte une règle et en me surveillant de la sorte je perds ma liberté. Cette question mérite d’être creusée. Selon moi cette discipline que l’on s’impose est justement la liberté, car elle est un choix. Ce n’est pas du flicage ou de la surveillance, c’est de la sousveillance, de la vigilance. Si on ne décide pas pour soi-même quelle marche suivre, si on n’écrit pas soi-même le programme, quelque chose d’autre va prendre la place et écrire le programme à ma place : la publicité qui m’indique ce que je dois consommer, la pression sociale qui me dit quel métier est acceptable, les magazines qui me suggèrent où passer mes vacances, etc.

En ayant des objectifs, j’élabore un plan et me fais l’architecte de moi-même plutôt que le maçon de quelqu’un d’autre. Mais attention, quand on parle d’objectifs, on ne parle pas de vagues rêveries, on parle de buts clairement définis, poursuivis avec méthode. Si vous ne savez pas par où commencer, ne vous inquiétez pas, vous pouvez lire notre article sur les objectifs S.M.A.R.T.

Motivational quote Muhammad Ali

Pour vous fixer des objectifs et les atteindre, vous pouvez télécharger goalmap, l’application gratuite que nous avons développée avec mon équipe. Elle vous aidera à définir, suivre et réaliser tous vos objectifs personnels. Des milliers de personnes se sont déjà fixées des objectifs sur goalmap, rejoignez-nous !

goalmap application play store

goalmap appli développement personnel iOS

D’autres articles sur le blog de goalmap qui pourraient vous plaire:

(Visited 956 time, 1 visit today)

More from the goalmap blog

Damien Catani

About Damien Catani

Après 12 ans en finance à Londres et aux Emirats, j'ai mis ma passion pour le développement personnel au coeur de mon aventure professionnelle en créant GOALMAP. Persuadés que performance des entreprises rime avec bien-être des collaborateurs, nous accompagnons les entreprises dans la mise en place de politiques bien-être globales.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*