Prévention des TMS en entreprise : l’interview d’Olivier Girard

Olivier Girard est ingénieur mécanicien de formation (ENSAM), issu du cursus franco-allemand. C’est en Allemagne qu’il a découvert l’ergonomie, qui l’a rapidement passionné. Un premier poste aux Pays-Bas, comme examinateur de brevets à l’Office Européen des Brevets, puis l’ergonomie, la santé au travail et la rééducation posturale ont rapidement fait partie de ses tâches annexes, jusqu’à ce qu’il opère un changement de carrière en passant par le Maroc et désormais la Suisse.

Aujourd’hui il gère les cabinets Train Your Posture (prévention des troubles musculosquelettiques auprès du grand public) et Erg’OH Conseil (cabinet de conseil en ergonomie à destination des entreprises). Il a gentiment accepté de répondre à nos questions. C’est parti !

Bonjour Olivier, qu’est-ce qui vous a amené à vous spécialiser dans les postures et l’ergonomie ?

Aux Pays-Bas, j’étais très souvent sollicité par des collègues ou par leurs thérapeutes pour des analyses de poste de travail. Là, je faisais face à deux difficultés :

  • d’une part, un manque de connaissances en matière de santé, qui m’empêchait d’adapter mon approche au diagnostic ;
  • d’autre part, lorsqu’il s’agit de travail informatique, la moitié du problème provient souvent du poste, et l’autre moitié (au moins !) de ce que l’on fait avec notre corps, y compris à la maison. C’est cela que j’appelle la posture : l’utilisation consciente et inconsciente, volontaire ou non, 24h/24, de nos muscles et articulations. C’est donc sur ce concept beaucoup plus large que ce que l’on entend habituellement par posture que je me suis penché dès 2005 avec un regard de mécanicien.

 

Troubles musculosquelettiques : quelle est l’ampleur du problème ?

Quelles sont les pathologies les plus communes que vous rencontrez chez vos clients ?

La plupart de mes clients souffrent de pathologies dorsales (lombaires, cervicales), et/ou de douleurs dans les épaules, descendant souvent dans les bras et les mains. Il s’agit donc de ce qu’on appelle des pathologies du membre supérieur.

Je soigne quelques clients pour des problèmes de genou suite à des accidents, mais cela reste marginal dans le cadre de ma pratique clinique.

Quelles sont les principales causes des maux de dos en entreprise ?

En ce qui concerne les maux de dos en entreprise, la question de la cause est une question complexe. Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont des troubles cumulatifs, c’est-à-dire dus à une combinaison de 4 facteurs présents en permanence et qui imposent une charge excessive sur les tissus.

Ces 4 facteurs sont : posture, activité, durée, stress, c’est-à-dire la combinaison, 24h par jour, 7j sur 7, de la naissance à la mort, de ce que vous faites, dans quelle posture, pendant combien de temps (ou à quelle fréquence) et dans quel état psychologique (pas seulement le stress « aigu », dans l’instant, mais également le stress existentiel, relié au sens que vous trouvez à votre vie et à votre travail).

Mais ces 4 facteurs eux-mêmes ne sont que la partie visible d’un plus grand iceberg, dont la partie immergée inclut par exemple : que savez-vous de votre corps, comment le maîtrisez-vous, quel est votre degré de conscience corporelle, quelle est votre capacité à accepter les signaux qu’il vous envoie, etc. ? Mon métier est donc de faire le tri parmi tout ça, et d’établir avec vous un plan d’action pour retrouver l’équilibre entre la charge sur les tissus et leur capacité.

Quelle est la part des absences dues aux TMS dans l’absentéisme ?

En Suisse, on estime que les TMS représentent 44% de l’absentéisme

En Suisse, on estime que les TMS représentent 44% de l’absentéisme. Tout porte à croire que, le tissu économique étant comparable en France, on y retrouve des chiffres similaires. Il s’agit certainement d’absentéisme de courte durée et d’absences perlées, car l’assurance invalidité (qui voit uniquement des cas d’absentéisme de longue durée) gère principalement des pathologies psychiques.

On estime à CHF 1’500 (env. 1 300€) par collaborateur et par an le coût direct des TMS

Pour les employeurs, c’est un point important : les assurances salaires (en Suisse au moins) interviennent souvent à partir du 30ème jour, les coûts de ces courtes absences sont donc pour la grosse partie portés par les employeurs. Un calcul rapide permet donc, en Suisse, d’estimer à CHF 1’500 par collaborateur et par an le coût direct des TMS : vous êtes une PME de 50 personnes, la facture est CHF 75’000 (65’000 €). Rappelons que les coûts indirects sont, à la louche, 4 fois plus élevés.

On entend depuis quelques années que « sitting is the new smoking », êtes-vous d’accord avec cette affirmation ? Rester assis tue, vraiment ?

Dans l’expression « sitting is the new smoking », il y a une comparaison que je trouve intéressante : c’est celle avec une habitude insidieuse, que rien ne presse vraiment de changer, mais qui a un impact sur la santé.

Les conséquences sur la santé de rester trop assis sont désormais bien établies, mais je ne sais pas s’il faut pousser la comparaison plus loin : d’une part, être assis est malgré tout plus naturel que fumer, et d’autre part je ne suis pas sûr que l’augmentation du risque soit comparable pour l’un et l’autre.

Enfin, il me semble que la perspective de maladies cardiovasculaires est trop lointaine pour créer un « réflexe santé », alors que les douleurs dorsales, hernies et autres me semblent être des menaces bien plus tangibles à court terme. En termes de prévention, je préfère donner des armes au public pour mieux se protéger que lui faire peur…

Remarquez-vous des efforts faits par les entreprises pour lutter contre le problème ? Et une prise de conscience des employés ?

En Suisse, les bases légales sont moins contraignantes qu’en France en matière de santé au travail. Nous avons donc mis plus de temps à prendre le problème des TMS à bras le corps, et de nombreuses PME ont toujours du mal à prioriser ça, faute de temps et de trésorerie.

Les grandes entreprises ou les petites branches locales des groupes internationaux qui souhaitent imposer des standards internationaux commencent à être relativement conscients, donc je ne manque pas de travail. Par contre, il faut continuer le travail de sensibilisation sur le terrain, car il y a encore beaucoup de prévention à mener.

En ce qui concerne les employés, je crois qu’ils sont conscients du problème mais qu’ils manquent de pistes pour le résoudre. Après chaque formation que je donne, j’ai le même feedback : « pourquoi personne ne nous a expliqué ça avant ? ». Il y a donc là aussi un travail important à mener sur le terrain, en travaillant avec des professionnels de la diffusion large (plateformes, apps, e-learning, etc.).

 

 

Quel rôle pour l’entreprise dans la prévention des T.M.S. ?

En quoi consistent vos formations gestes et postures en entreprise ?

On parle souvent de « formations gestes et postures », qui ont une connotation très professionnelle. Je me situe un peu en décalage par rapport à ça : je fais des formations à la prévention des TMS.

Cela peut paraître subtil, mais c’est important : mon discours ne se limite pas aux situations professionnelles, mais il cherche à couvrir l’ensemble des facteurs de risques (notamment biomécaniques) sous le contrôle des participants et amenant progressivement à des situations de TMS. En d’autres termes, je donne aux gens le mode d’emploi de leur corps, dont ils peuvent ensuite décliner l’utilisation certes au travail, mais aussi à la maison.

On commence donc par discuter des 3 grandes règles qui régissent le fonctionnement du corps, avant de parler des postures simples (assis, debout), puis des postures en mouvement, puis de la manutention, avant d’aller mettre ça en débat et en pratique sur le terrain, dans des situations reconstituées qui nous donnent l’occasion de faire une analyse ergonomique in situ, donc des recommandations à l’encadrement ensuite.

Un employé qui se tient mal sur son bureau : quelles conséquences pour l’entreprise ?

Les premières conséquences sont : fatigue plus importante, perte de productivité, et éventuellement des douleurs qui peuvent se transformer en absence.

Lorsqu’un collaborateur « se tient mal », les premières conséquences sont une fatigue plus importante, qui se traduit par une perte de productivité, et éventuellement par des douleurs qui peuvent se transformer en absence.

De façon moins connue souvent, la posture est aussi liée au langage non verbal : le message passe différemment selon la posture, notamment dans les situations complexes (parler en public, entretien difficile, etc.). Enfin, de plus en plus de chercheurs montrent que la posture a un impact psychologique direct : avachi, on a plus facilement des pensées sombres, on est moins créatif, certaines facultés de raisonnement sont plus lentes, on est moins entrepreneurial, etc.

Les conséquences pour l’entreprise sont réelles, mais difficilement mesurables car très diffuses. Mais typiquement, on peut imaginer qu’un commercial qui a un bon langage non verbal est plus convaincant, plus engageant, et vend donc mieux : cela participe au charisme.

Quels conseils apportez-vous aux entreprises ?

Tout employeur a intérêt à ce que ses employés soient en excellente forme physique et psychique

Lorsque je vais en entreprise, mon premier conseil est quasi philosophique : nombreux sont les dirigeants qui voient dans les problèmes de TMS (ou les problèmes psychiques, d’ailleurs) des variabilités individuelles très fortes, et qui ont donc tendance à penser que certains collaborateurs sont plus faibles que d’autres, et que c’est donc leur responsabilité d’y travailler.

J’essaie donc systématiquement d’apporter un changement de perspective : peu importe la responsabilité, il faut regarder qui a intérêt à quoi. En l’occurrence, tout employeur a intérêt à ce que ses employés soient en excellente forme physique et psychique, même si c’est parfois difficile à quantifier.

Ensuite, je les aide à structurer leur effort de prévention, de sorte à ce que l’on ne soit pas face à un « feu d’artifice de la prévention », par lequel on fait tout et rien, avec un coût important et sans retour sur la durée.

Quand on en vient à parler de prévention au niveau musculosquelettique, tout est fonction de la situation : en général, faire quelques sensibilisations permet d’apprendre à se connaître, à connaître le métier et les conditions de travail, et de préparer collaborateurs et cadres à participer à une prévention plus structurelle. Je travaille beaucoup sur la relation avec mes clients, car sans confiance on ne parvient à rien.

Swiss balls, bureaux debout, chaises ergonomiques… avez-vous des conseils au niveau équipement pour adopter une bonne position au bureau ?

La base d’une bonne posture, c’est la stabilité du bassin : c’est par lui que vous pouvez transférer votre poids à la chaise, donc réduire la charge sur vos propres tissus.

Dans les métiers administratifs, on peut donc procéder en 3 temps :

  • d’abord former les collaborateurs et régler tous les postes de travail (éventuellement former des relais en interne), puis
  • faire un état des lieux du matériel et enfin si nécessaire
  • mettre en place un plan de renouvellement et d’amortissement du mobilier, en commençant par les chaises.

En répartissant l’effort financier sur plusieurs années, on peut ensuite négocier un contrat-cadre avec un fournisseur, ce qui permet de bénéficier de conditions avantageuses ; j’aide les entreprises à faire le bon choix, car l’offre est souvent pléthorique et il leur est difficile de s’y retrouver. Naturellement, il s’agit là des grandes lignes de mon action : à côté, il y a le day-to-day, notamment s’occuper de ceux qui ont déjà mal pour éviter qu’ils s’absentent.

 

Et côté employé, quels gestes et habitudes à adopter pour éviter les douleurs liées à la position assise ?

Comment se relaxer le haut du corps en quelques minutes au travail pour éviter les TMS ? 

En tant que collaborateur, il est important de travailler simultanément sur 2 axes : d’une part, ne pas surcharger les tissus, et d’autre part les détendre fréquemment (idéalement, au moins deux fois par heure).

1h de relaxation le dimanche, ça n’est pas aussi efficace que 10 secondes toutes les 20 minutes

La relaxation a vraiment besoin d’être fréquente : 1h de relaxation le dimanche, ça n’est pas aussi efficace que 10 secondes toutes les 20 minutes (càd. 20 minutes par semaine) ! J’ai publié sur YouTube une courte vidéo qui montre une routine facile pour tous.

Elle dure environ 1’30’’, mais on peut la faire morceau par morceau si on n’a que quelques secondes à y consacrer.

C’est quoi la posture idéale quand on travaille sur un ordinateur ?

Il y a un grand débat sur la posture idéale, j’en suis bien conscient. Je me situe cependant en désaccord avec les écoles qui prétendent qu’il suffit de bouger pour aller bien.

Le schéma ci-dessous illustre pourquoi : la personne a l’impression de bouger, mais ses lombaires sont en fait tout le temps avachies. Il porte donc son poids toute la journée sur les disques. C’est ce que j’appelle le « macro-mouvement » (le corps dans son ensemble bouge), par opposition au « micro-mouvement » (les lombaires ne bougent pas).

TMS positions

Source : Stichting STEP

Mon approche est donc de construire, avec les participants aux formations, une posture assise qui répartit le poids entre cartilages intervertébraux, disques et muscles. Cette posture est caractérisée par le fait qu’on est assis à la verticale des ischions (le bas du dos est alors plat au toucher). Cette posture doit être soutenue par le support lombaire, qui vient donc soutenir la ceinture ; les omoplates se retrouvent alors naturellement décollées du dossier.

position assise tms

Source : Olivier Girard

Ensuite, l’idée est d’en faire le moins possible avec la nuque, les bras et les mains : lorsque les coudes sont fléchis à 90°, épaules relax, le clavier et la souris doivent naturellement être sous les doigts.

Cette posture est celle qui permet de tenir le plus longtemps assis. Cependant, il est tout à fait exact qu’il faut aussi bouger : cela signifie bouger autour de cette posture lorsqu’on travaille (on peut tout à fait bouger un peu en restant sur les ischions et contre le support lombaire), et bouger beaucoup toutes les 25-30 min, de préférence en changeant d’activité (se lever pour téléphoner, parler à un collègue, ou tout simplement pour faire la routine de relaxation !).

 

Quand vous analysez des postes de travail, quels sont les éléments que vous observez en particulier ?

Lorsque j’observe un poste de travail, je me concentre sur la personne qui l’occupe. C’est au vu de sa posture que j’analyse ensuite en quoi son poste de travail la guide éventuellement vers ce que je vois.

Par exemple, si le support lombaire est trop bas, on observera une tendance à l’avachissement. L’observation est méthodique, des pieds à la tête puis aux mains : on construit le corps comme on construit un bâtiment, de bas en haut en partant des fondations.

Je commence donc par la position des pieds, l’angle des genoux, le bassin (sur les ischions ou non, contre le support lombaire ou non), les vertèbres dorsales et les omoplates, la nuque et le front, puis les épaules et les bras.

Je ne fais rien sans d’abord faire sentir à la personne la différence entre sa position et une position plus neutre, et sans expliquer l’impact physiologique des postures que j’observe ; à mon sens, il s’agit là de deux éléments essentiels pour faire évoluer les habitudes.

Des conseils pour un employé de bureau pour lutter contre les méfaits de la position assise prolongée ?

Identifier toutes les activités qu’on fait assis par habitude, mais qu’on pourrait en fait faire debout : téléphoner, parler, faire des réunions d’équipe

Je crois que pour éviter de rester assis trop longtemps, il faut identifier toutes les activités qu’on fait assis par habitude, mais qu’on pourrait en fait faire debout : téléphoner, parler, faire des réunions d’équipe, etc.

On pourrait aussi souvent mieux répartir les pauses café, garer la voiture plus loin, limiter le temps dédié aux écrans à la maison (et du coup passer plus de temps avec sa famille !), et se relaxer pendant les innombrables petits moments de la journée où l’on ne fait physiquement rien de productif (attendre le bus ou l’ascenseur, attendre que l’eau pour le thé chauffe, parler avec ses collègues, etc.).

Souvent, les participants à mes formations rigolent et ont peur du regard des autres ; peu importe leur regard, si c’est pour votre santé ! Par ailleurs, on a tous tendance à croire que les autres nous regardent beaucoup, mais il n’en est rien. Je crois donc que nous devons tous garder en tête que les TMS sont un problème certes professionnel, mais aussi privé, et certes ergonomique, mais aussi posturologique.


Pour en savoir plus sur Olivier Girard et ses formations en entreprise, vous pouvez vous rendre sur son site. De nombreux conseils pour une meilleure posture sont également disponibles sur son site Train Your Posture.

Chez Goalmap, nous aidons les entreprises à prendre soin de la santé de leurs employés. Comment ? Nos programmes bien-être combinent diagnostics bien-être en ligne pour suivre l’état de bien-être de ses équipes, coaching digital pour accompagner les employés dans la mise en place de bonnes habitudes au quotidien et interventions humaines pour créer du lien humain et de l’engagement dans l’entreprise.

Améliorer bien-être des salariés

On en parle ? Contactez-nous 

Prendre soin santé des salariés

(Visited 142 time, 1 visit today)

More from the goalmap blog

About Arthur Catani

Arthur is co-founder at goalmap, in charge of the marketing and business development. He joined goalmap straight after graduating from HEC in France and completing a trip around the world by bike with his girlfriend.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*