41% des salariés français se déclarent en détresse psychologique (source : 10e baromètre de la santé psychologique des salariés Français, OpinionWay pour Empreinte Humaine, 2022).

Présents dans tous les secteurs d’activité, les risques psychosociaux (RPS) ont un impact sur la santé (troubles de la concentration, du sommeil, irritabilité, nervosité, fatigue, etc.) mais également sur le fonctionnement des entreprises : baisse de la motivation et de la performance, dégradation du climat social, etc. 

Comment prévenir les RPS au travail ? Quel rôle joue le manager dans cette prévention ? Quels outils et méthodes utiliser pour lutter contre les RPS ? 

Nous vous révélons des éléments de réponses dans l’article ci-dessous.

Les risques psychosociaux, de quoi parle-t-on ?

risques psychosociaux

Définition des risques psychosociaux

Les risques psychosociaux (RPS) désignent  les risques pour la santé mentale, physique et sociale engendrés par les conditions d’emploi d’un individu et son contexte personnel. Ils peuvent être causés par l’activité elle-même ou générés par l’organisation et les relations de travail. 

Les risques psychosociaux (RPS) correspondent à des situations de travail où sont présent, combinés ou non  :

  • Du stress provenant du sentiment de ne pas avoir les ressources adéquates pour répondre aux exigences de son travail ;
  • Des violences internes, commises au sein de l’entreprise par des salariés sur d’autres salariés (conflits, harcèlement moral et/ou sexuel, mise à l’écart) ;
  • Des violences externes, commises par des personnes extérieures à l’entreprise à l’encontre des salariés (insultes, menaces, agressions, etc.).

Importance de la prévention de ces risques dans le milieu de travail

Les conséquences des RPS pèsent sur la santé des salariés : 

  • Troubles musculosquelettiques ;
  • Burn-out ;
  • Maladies cardiovasculaires ;
  • Maladies chroniques ;
  • Troubles psychologiques.

Le nombre d’entreprises ayant connu des arrêts-maladie pour stress, dépression ou burn-out a augmenté de 15 % sur l’année 2020 (source :  baromètre de la gestion des accidents du travail et des maladies professionnelles (AT/MP), BDO France, 2021). 

Enfin, pour l’entreprise les RPS ont également des répercussions organisationnelles et économques : 

  • Augmentation de l’absentéisme ;
  • Réduction de la productivité ;
  • Accidents du travail ;
  • Turnover élevé.

Les RPS coûtent cher à l’entreprise en raison de ces dysfonctionnements.

En 2021, c’est plus d’une entreprise sur deux (51 %) qui a été confrontée à un arrêt maladie dans le cadre de RPS.

(source : BDO France)

Quels sont les signaux potentiels de risques psychosociaux ?

Au niveau individuel, les RPS peuvent se manifester à travers :

  • Des signaux émotionnels : irritabilité excessive, troubles de l’humeur, burn-out, conflits avec la hiérarchie ou des collègues ;
  • Des signaux intellectuels : baisse d’efficacité, de productivité, déficit de l’attention, de la concentration, troubles de la mémoire ;
  • Des signaux physiques : TMS, troubles du sommeil, maux de tête à répétition, fatigue chronique ;
  • Un désengagement : manque de motivation, baisse de la qualité du travail ;
  • Des arrêts de travail courts et répétés : 1 ou 2 jours d’absence fréquemment.

Au niveau collectif, les signaux potentiels de risques psychosociaux peuvent être  :

  •  L’augmentation de l’absentéisme ;
  •  Un turnover élevé ;
  •  Des accidents de travail ;
  •  Une dégradation du climat social ;
  •  Une réduction de la productivité.

Il est important que l’employeur sache détecter en amont ces signaux. En effet, celui-ci pourra intervenir au plus vite avant que la situation ne se dégrade.

C’est pourquoi les entreprises doivent entamer des démarches de prévention.

Avantages et bénéfices de la prévention des RPS pour l’entreprise et les salariés

La sensibilisation sur les risques psychosociaux apporte de nombreux avantages et bénéfices pour les entreprises et les salariés : 

  • La direction peut mieux comprendre et agir face aux problématiques psychosociales ;
  • Les problèmes sont anticipés et le traitement des conflits peut se faire dès le début ;
  • Une meilleure organisation et un bon esprit d’équipe s’installe ;
  • Le service RH et  la médecine du travail agissent avec l’aide d’un regard extérieur ;
  • Les salariés trouvent la possibilité de s’exprimer sur les problèmes qu’ils rencontrent au travail.

Les responsabilités du manager et de la direction en matière de prévention des risques psychosociaux

risques psychosociaux

Le manager est un ambassadeur clé en matière de prévention des risques psychosociaux. 

Il joue un rôle pivot pour assurer une transmission des messages et une cohérence entre les différentes strates de l’entreprise, la direction et les collaborateurs. Le manager doit définir en amont les objectifs de chacun, suivre leurs avancées, et avoir une communication efficace avec l’équipe.

De plus, il est  également là pour détecter les signes d’isolement et de RPS de ses équipes.

Pour cela, il doit mettre en place :

  •  Des actions de prévention des risques professionnels ;
  •  Des actions d’information et de formation ;
  •  La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés.

Identifier les facteurs de risque dans l’entreprise

L’employeur est le seul responsable de l’évaluation des RPS. Il assure le pilotage de cette évaluation ou peut confier cette mission en interne, mais il est garant de la démarche. Il peut identifier et évaluer les facteurs de RPS à l’aide de la grille d’évaluation des RPS. Cette grille recense sept grandes familles de facteurs de RPS : 

  • Intensité et complexité du travail : contraintes de rythmes de travail, des instructions de travail, niveaux d’attention et de vigilance requis ;
  • Horaires de travail difficiles : la durée du temps de travail et son organisation peuvent affecter la santé et rendre difficile la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle ;
  • Exigences émotionnelles : certains métiers sont éprouvants émotionnellement (contact avec des clients ou du public, métiers d’aide où l’on est confronté à la détresse d’autrui, etc.) ;
  • Faible autonomie au travail : une autonomie insuffisante peut être source de démotivation et de désengagement de la part des salariés ; 
  • Rapports sociaux au travail dégradés : les rapports sociaux incluent les relations entre collègues, le respect mutuel et la reconnaissance au travail ;
  • Conflits de valeurs : s’il y a opposition entre ce qui est exigé au travail et les valeurs du salarié, un sentiment de travailler inutilement peut se développer chez le salarié ;
  • Insécurité de l’emploi et du travail : elle réduit le sentiment de maîtrise de la situation (insécurité socio-économique, risque de changement).

L’employeur doit impliquer tous les acteurs de l’entreprise et former à la détection de ces facteurs de risques de RPS. L’implication des responsables hiérarchiques, ou managers, est donc cruciale. Ils jouent le rôle pivot entre les salariés et la direction. Il est donc important que le manager soit à l’écoute* de ses employés et de leurs besoins, afin de détecter les éventuelles sources de stress ou de conflits. Il pourra ainsi faire remonter les difficultés et proposer des pistes d’amélioration.

*Grâce aux retours informels, à des entretiens de suivi, à la diffusion de questionnaires QVT ou en observant des indicateurs par exemple (turnover, taux d’absentéisme, indicateurs de qualité et productivité, etc.)

Mettre en place des mesures de prévention adaptées : idées d’actions pour prévenir les RPS

Une fois les risques identifiés, l’employeur doit mettre en place des actions pour les prévenir. 

Il existe plusieurs moyens de prévention à mettre en place pour sensibiliser ses salariés. En voici quelques exemples : 

Les formations à la prévention des RPS :

Les formations pour mieux gérer le stress et les conflits :

Les managers doivent aussi être formés pour, non seulement détecter les signaux de RPS au sein de leurs équipes, mais aussi prévenir les RPS chez eux-mêmes :

Ainsi, grâce à ces actions, le manager sera en mesure de détecter les signaux de RPS et d’aider à l’accompagnement de salariés en difficulté. Cela n’est possible que s’il est impliqué et engagé dans la démarche de prévention des RPS.

Favoriser un climat de travail sain et positif

Le manager doit veiller à créer un environnement de travail agréable et respectueux, où chaque salarié se sent valorisé et écouté. Cela passe par la mise en place de relations de confiance et de dialogue avec ses employés, ainsi que par l’encouragement de la collaboration et de la coopération au sein de l’équipe.

Les salariés ont également une responsabilité, l’implication de chacun est indispensable. En étant vigilant, en prenant soin de soi et des autres, chacun agit pour la santé de tous. Cela favorise un climat de travail sain et constructif.

Managers comme salariés, tous jouent un rôle essentiel dans la prévention des risques psychosociaux. 

Outils et méthodes pour aider les managers à prévenir les risques psychosociaux

Risques psychosociaux

Evaluation des RPS 

Les retours informels : 

Lorsqu’un salarié a une plainte à exprimer, a besoin de conseils ou d’aide, il peut s’adresser à un manager ou un membre du CSE (comité social et économique). 

Le manager doit donc toujours être à l’écoute des retours de plaintes informels de ses collaborateurs. En effet, c’est souvent le signe précurseur des troubles psychosociaux.

Le pré-diagnostic : 

Le pré-diagnostic est une évaluation préliminaire interne simple, rapide, qui ne nécessite pas de solliciter l’ensemble des collaborateurs. Il est réalisé par une ou plusieurs personnes en interne (manager, RH, médecin du travail), qui connaît l’entreprise et dispose d’un accès aux données.

Après avoir élaboré le pré-diagnostic, il est nécessaire de mettre en place un plan d’action. 

Le plan d’action est un outil qui a pour objectif d’identifier les risques psychosociaux, de les évaluer, puis de déterminer des actions pour les prévenir. 

Pour en savoir plus, découvrez un extrait de notre e-learning RPS, qui explique comment élaborer un plan d’action. 

L’outil RPS-DU de l’INRS :

L’outil RPS-DU de l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), ou grille d’évaluation des facteurs de RPS, est une très bonne base pour réaliser un pré-diagnostic.

La grille INRS est construite autour des sept grandes familles de facteurs de risques, chacune est décomposée en sous-thèmes. 

En effet, chaque sous-thème est exploré à l’aide d’une question avec un commentaire qui l’accompagne (26 questions au total). Pour chaque sous-thème, quatre modalités de réponses sont possibles en fonction du degré ou de la fréquence d’exposition.

Exemple de grille INRS : 

grille INRS

Formation des managers 

Pour pouvoir sensibiliser leurs salariés, les managers doivent être formés sur le sujet. Ces formations permettront aux managers de :  

  • Connaître la situation des salariés grâce à des questionnaires QVT / RPS en ligne ;
  • Communiquer sur les mesures prises par l’entreprise, l’impact économique, les perspectives ;
  • Réorganiser le travail et favoriser l’autonomie des salariés grâce au management par les objectifs ;
  • Etre à l’écoute de leurs salariés et répondre présent en cas de difficulté ;
  • Détecter les troubles et communiquer de manière constructive ;
  • Sensibiliser sur les RPS ;
  • Créer des temps d’échanges.

Il existe plusieurs formations destinées aux managers : 

L’importance d’impliquer tous les acteurs de l’entreprise

  • L’employeur : c’est le seul responsable de l’évaluation  des RPS ;
  • Les représentants du personnel : ils ont pour mission de participer à la prévention des RPS ;
  • Les salariés et les groupes de travail : ils participent à l’évaluation car ils disposent de l’expérience de leur propre situation de travail et des risques qu’il peut engendrer ;  
  • Les responsables hiérarchiques : ils jouent un rôle important entre les salariés et la direction. Ils font remonter les difficultés et proposent des pistes d’amélioration.

Exemples de bonnes pratiques de prévention des risques psycho-sociaux

Cas concrets d’entreprises qui ont mis en place des initiatives efficaces

Plusieurs entreprises ont su mettre en place des initiatives efficaces pour lutter contre les RPS. 

Cas de Lidl :

Lidl a souhaité mettre en place un programme de e-learning sur les RPS pour ses salariés afin d’identifier, d’accompagner et de prévenir les situations de risques psychosociaux. 

Au programme ce e-learning  : 

  • Détection des signaux individuels et collectifs de RPS ;
  • Compréhension des facteurs de risques des RPS ;
  • Les étapes d’une démarche de prévention des RPS ; 
  • L’élaboration d’un pré-diagnostic.

Voici un extrait du e-learning : 

Conclusion

La prévention des RPS est un sujet important à aborder avec ses salariés. 

Le manager a pour rôle d’assurer la transition des messages entre la direction et les collaborateurs. Il doit également favoriser une communication efficace avec l’équipe. Enfin, le manager doit détecter les signes de RPS afin de pouvoir les prévenir le plus tôt possible.

Pour cela, il dispose de plusieurs outils qui lui permettent de prévenir ses salariés : formations, ateliers, entretiens, grille INRS,…

Ces outils ont pour objectif de rendre les collaborateurs acteurs de la prévention et favorisent la qualité de vie au travail.

Ces articles pourraient vous intéresser

  1. Image principale article comment prévenir le burn-out
  2. Image semaine de la QVT 2020
  3. Souffrance au travail