80% des professionnels de la santé qui travaillent en horaires décalés ont un trouble de continuité du sommeil. 62% ont un trouble d’endormissement.
(Source : Réseau Morphée, 2018)

Le travail de nuit n’est pas sans risques pour la santé. En effet, il a un impact important sur le sommeil des salariés. Les rythmes circadiens de l’être humain sont conçus pour un fonctionnement éveil-jour, sommeil-nuit. Le travail de nuit, posté ou en horaires décalés, désynchronise l’horloge biologique et diminue donc le temps de sommeil.

Il est donc important que les salariés soient informés de ces risques mais aussi des moyens pour lutter contre ceux-ci. Dans cet article, nous vous donnons nos conseils pour mieux prévenir l’impact du travail de nuit.

Travail de nuit : définition, cadre légal, obligation des entreprises

Travail de nuit

Selon la loi, « tout travail effectué au cours d’une période d’au moins neuf heures consécutives comprenant l’intervalle entre minuit et 5 heures est considéré comme travail de nuit. Il commence au plus tôt à 21 heures et s’achève au plus tard à 7 heures. » (Source : Article L3122-29 et suivants du Code du travail).

Un travailleur de nuit est défini comme étant un  salarié qui accomplit soit au moins deux fois par semaine, au moins trois heures de travail de nuit quotidiennes, soit un nombre minimal d’heures pendant une « période de référence » (Source : Article L3122-5 du Code du travail).

La durée quotidienne de travail accompli par un travailleur de nuit ne peut excéder 8 heures, sauf lorsqu’un accord collectif le prévoit (Source : Article L3122-34) et la durée hebdomadaire d’un travailleur de nuit ne peut excéder 40 heures sauf convention et accord de branche (Source : Article L3122-35). Le recours au travail de nuit doit être exceptionnel. En effet, il doit prendre en compte les impératifs de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs. De plus, il doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale.

Schéma fonctionnement du sommeil

Quelles sont les conséquences sur la santé du travail de nuit ?

Travail de nuit

Le travail de nuit provoque un dérèglement et une désynchronisation de l’horloge biologique (rythmes circadiens).  Le rythme de sommeil est perturbé ainsi que les prises alimentaires.

Quels sont les risques pour la santé du travail de nuit ?

Les risques avérés 

  • Une diminution du temps de sommeil total de 1 à 2 heures par 24 heures comparées au travail de jour ; 
  • Une augmentation des troubles du sommeil : insomnies, difficultés d’endormissement, réveils multiples, sommeil non réparateur ;
  • Des risques de somnolence au poste de travail.

Les risques possibles 

  • Un risque d’AVC peut se développer. En effet, une étude révèle que les travailleurs de nuit auraient plus de risques de faire une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral que ceux qui travaillent de jour (Source : British Medical Journal) ;
  • Une augmentation de la tension artérielle et une perturbation des taux de lipides dans le sang (cholestérol et triglycérides).

Les risques probables

  • Le travail de nuit peut favoriser les risques cardiovasculaires. En effet, il provoque un dérèglement du rythme circadien et perturbe donc la l’expression de certains gènes mais aussi la sécrétion d’hormones. Cela a une influence sur la fréquence cardiaque ou encore le métabolisme.

Indépendamment de l’âge, du sexe et des facteurs de risque traditionnels,

Les travailleurs de nuit augmenteraient leurs risques de crises cardiaques de 23%, de 24% pour les accidents coronariens et de 5% pour les accidents vasculaires cérébraux.

Source : Fondation Recherche Cardio-Vasculaire
  • Une augmentation du taux de sucre dans le sang (diabète) ainsi qu’une prise de poids et des risques d’obésité peuvent survenir chez les travailleurs de nuit. Ces derniers peuvent également être affectés par des troubles digestifs (ulcères gastroduodénaux) ;
  • Une augmentation du tabagisme et/ou de la prise de caféine (entretenant une gastrite chronique) ainsi qu’un possible risque de consommation excessive d’alcool ou de drogue afin de lutter contre la somnolence et le stress.

Les risques sur la santé psychique 

  • Une augmentation du stress, de l’anxiété et de la fatigue chronique qui nécessitent une prise de médicaments antidépresseurs ou anxiolytiques ;
  • Irritabilité, agressivité ;
  • Dépression ;
  • Troubles de l’humeur ;
  • Baisse des capacités cognitives (concentration et mémoire).

Autres effets du travail de nuit : santé des femmes, accidents de la route et du travail

Le travail de nuit a des effets spécifiques sur la santé des femmes, notamment le risque d’apparition de cancer du sein. De même, avec ce rythme de travail, le déroulement de la grossesse peut être perturbé (fausse couche spontanée, accouchement prématuré, faible poids du bébé à la naissance, etc.).

Le travail de nuit provoque une somnolence, une baisse de vigilance, des troubles de la concentration et de la mémorisation. Cela augmente donc la fréquence de la gravité des accidents, notamment les accidents de la route entre le lieu de travail et le domicile. Cela est d’autant plus vrai durant la nuit : le manque de visibilité demande davantage d’attention et de vigilance chez le conducteur.

Selon les chiffres officiels de la Sécurité Routière,” le risque d’avoir un accident mortel la nuit est sept fois supérieur au risque diurne”. Alors que la circulation de nuit ne représente qu’environ 10% du trafic routier, ce ne sont pas moins de

44 % des automobilistes qui sont décédés en 2018 d’un accident de la route survenu la nuit.

Source : Sécurité Routière

Le travail de nuit peut également être à l’origine d’accidents du travail. Cela s’explique à la fois par les mécanismes physiologiques impliqués (somnolence, dette de sommeil, chronobiologie), mais aussi par des facteurs organisationnels, environnementaux (conditions de travail), et managériaux.

Les accidents du travail les plus fréquents sont les chutes de plain-pied ou de hauteur, les erreurs humaines et les catastrophes, la mauvaise manipulation de machines ou d’outils, les mauvais gestes et postures liés à la fatigue, etc.

Le travail de nuit peut également avoir des conséquences négatives sur la vie sociale et familiale des salariés et ainsi provoquer :

  • Des déséquilibres dans le fonctionnement familial (heures de coucher différentes) ;
  • Une limitation du temps passé avec les enfants et/ou dans son couple ;
  • Des soucis d’articulation entre vie professionnelle et vie privée ;
  • Des difficultés à organiser des rencontres amicales, d’accéder aux activités sociales culturelles, sportives, etc.

Comment prévenir l’impact du travail de nuit sur la santé ?

Travail de nuit

Au niveau de l’entreprise

Il est important que les entreprises mettent en place des dispositifs pour accompagner leurs salariés.

Travail de nuit : agir sur l’organisation et l’environnement de travail

L’entreprise peut agir sur l’organisation du travail :

  • Affecter en priorité les salariés volontaires à des postes de nuit ;
  • Permettre à ceux qui le souhaitent de retrouver des horaires classiques (par exemple à la suite d’un changement de situation familiale) ;
  • Limiter dans la durée les horaires de nuit ;
  • Veiller à organiser un temps d’échanges entre les équipes qui se succèdent ;
  • Définir des heures de poste compatibles avec les horaires des transports en commun ;
  • Prévoir des temps de pauses ;
  • Prévoir un minimum de 11 heures de repos entre chaque poste.

L’entreprise doit adapter les locaux et les horaires de travail de ses salariés :

  • Gérer l’intensité lumineuse,  elle doit plutôt être importante avant et/ou en début de poste et moins élevée en fin de poste ;
  • Aménager des espaces de repos pour permettre des micro-siestes nocturnes ;
  • Éviter les postes longs, supérieurs à 8 heures, préférer des temps de travail de 7 heures.

Évaluer la santé des travailleurs de nuit

Il est essentiel de suivre des indicateurs clés de performance concernant la santé et la sécurité au travail : 

  • Les horaires auxquels se sont produits les accidents ;
  • L’impact des horaires du travail de nuit  sur la santé des salariés grâce à des questionnaires ;
  • Le nombre d’incidents remontés la nuit ;
  • Le nombre de maladies professionnelles pour les travailleurs de nuit.

On peut mesurer le ressenti des travailleurs de nuit. Des enquêtes internes permettent de soulever certaines problématiques, de comparer les résultats et être ainsi en mesure d’agir en mettant en place des actions. Elles permettent également de montrer  aux salariés qu’ils sont écoutés.

Informer et sensibiliser aux risques

Afin de lutter contre les risques liés au travail de nuit, il est important que les entreprises sensibilisent leurs salariés et les conseillent en matière d’hygiène de vie, (sommeil et nutrition notamment). Vous pouvez pour cela :

  • Organiser des ateliers de formation ou de sensibilisation sur le travail de nuit  au cours desquels les participants sont amenés à mieux comprendre le sommeil et les comportements favorables en la matière, anticiper davantage l’organisation de leur temps de vie ;
  • Mettre en œuvre des ateliers pratiques tels que des cours de respiration, des séances de relaxation, de réveil musculaire ;
  • Mettre à disposition des documents de sensibilisation et d’information tels que des livres blancs autour du travail de nuit, des affiches, des vidéos, etc.

Au niveau du manager

Le manager assure un rôle essentiel dans la démarche de prévention des risques liés au travail de nuit. Il analyse et conseille côté salarié, et remonte les informations clés côté entreprise. Il doit :

  • Détecter les risques et conseiller les salariés 

La nuit, les équipes sont généralement réduites et l’atmosphère est différente de celle de la journée. Travail de jour rime souvent avec réunions, rendez-vous, téléphone tandis que la nuit, c’est le management de proximité qui prime. Néanmoins, le travail de nuit reste plus pénible qu’en journée. C’est pourquoi le manager doit redoubler d’attention. Il doit être à l’écoute afin de rythmer le temps de travail et détecter les baisses de vigilance pouvant mener à des accidents.

  • Faire remonter les informations et proposer des solutions à la direction 

Après avoir détecté, conseillé et fait des recommandations à ses équipes, il est essentiel que le manager fasse remonter les informations à la direction. Ainsi, il va proposer des solutions adaptées, en matière de réorganisation du temps ou des espaces de travail par exemple.

Il est donc primordial qu’il soit à l’écoute des salarié, afin d’apporter son soutien aux équipes et de faire remonter les problèmes.

Au niveau du salarié

Le salarié peut, lui aussi, mettre en place de bonnes habitudes pour limiter les risques liés au travail de nuit.

Développer une bonne hygiène de vie pour améliorer son sommeil :

  • Routine de coucher : se créer une routine de coucher avec des activités calmes et apaisantes permet de mieux dormir (pratiquer de la méditation, boire une tisane, faire des étirements, etc.) ;
  • La pratique d’une activité physique : l’activité physique régulière favorise le sommeil lent et profond et permet d’améliorer la qualité du sommeil, de relâcher les tensions et de garder une certaine vitalité ;
  • Avoir une alimentation équilibrée : pour  être  en forme et s’adapter au décalage horaire, les travailleurs de nuit devraient veiller à respecter un équilibre alimentaire sous forme de trois repas variés et complets par jour avec des horaires décalés. Il faut  éviter le café, la consommation d’alcool et la cigarette 4h avant d’aller se coucher ;
  • Sortir et s’aérer : lorsqu’on travaille de nuit, une trop faible exposition à la lumière peut perturber le sommeil. Il est donc important de s’exposer à la lumière naturelle ;
  • Faire des siestes : soit une sieste longue de 1h afin de récupérer physiquement et psychiquement, soit une sieste courte de 20 minutes pour recharger les batteries et augmenter les capacités de vigilance et de concentration ;
  • Simuler le jour et la nuit : vous pouvez vous exposer à la lumière vive lors de la première moitié de votre travail de nuit afin de rester éveillé. Lorsque vous rentrez de votre travail, veillez à dormir dans le noir complet et au calme pour favoriser l’endormissement.

Détecter les signes d’endormissement pour pouvoir être plus vigilant :

  • Bâillements ;
  • Sensation de tête lourde ;
  • Picotement des yeux, paupières lourdes, vue qui se trouble ;
  • Sensation de refroidissement corporel ;
  • Lourdeur musculaire ;
  • Sensation d’inconfort poussant à s’agiter sur son siège ;
  • Ralentissement des réflexes.

Conclusion

Le travail de nuit peut avoir des répercussions sur la santé des salariés et provoquer des troubles du sommeil. Il est donc nécessaire d’adopter de bonnes habitudes de vie pour limiter les effets néfastes d’un travail en horaires atypiques (par exemple : pratiquer une activité physique régulière, faire attention à son alimentation, pratiquer la sieste dès que possible).

De son côté, l’employeur peut agir à travers une adaptation des locaux (lieux prévus pour faire une sieste par exemple), une adaptation des horaires de travail ou encore la mise en place de formations ou d’activités sur le travail de nuit.

Ces articles pourraient vous intéresser

  1. travail en horaires décalés
  2. travail de nuit